Image étude linéaire Baccalauréat
Vénus Anadyomène Etude linéaire

Ne pas oublier de rajouter le numéro des lignes pour les citations du texte.

Etude linéaire de « Vénus Anadyomène »,

Cahiers de Douai, Arthur Rimbaud, 1919.

Plan:

1 er mouvement: la description de la Vénus vers 1 à 8

2 ème mouvement: la chute du poème vers 9 à 14

Le XIX ème siège est celui de la modernité. Alors que les villes se développent, les moyens de locomotion permettent à tous de voyager. Les villes se remplissent de cafés, de bals. Arthur Rimbaud, auteur inclassable de la littérature française, fait office de comète dans le paysage des lettres françaises. Jeune homme flamboyant, il mène une vie de bohème, accompagné de Verlaine, autre poète de l’époque. Poète, voyageur, bohémien, le jeune homme vivra mille vies avant d’aller se perdre dans le désert du Sahara. C’est à l’âge de 16 ans qu’il rédige les 22 poèmes qui formerons Les Cahiers de Douai. Dans « Vénus Anadyomène », le poète nous décrit une femme sortant du bain (c’est la signification du terme « anadyomène »). Bousculant les formes du sonnet, Arthur Rimbaud nous propose un texte ironique à propos du corps féminin. Comment? Par quel tour de force Rimbaud réussit-il à décrire le corps d’une femme tout en proposant une forme nouvelle de poésie? Afin de répondre à ce projet de lecture, nous analyserons tour à tour la description de la Vénus puis la chute de ce poème original.

1 er mouvement: la description de la Vénus … vers 1 à 8

  • Le premier vers de ce poème débute par une comparaison grâce à l’outil de comparaison « Comme ». Le poète compare la baignoire dans laquelle se baigne la femme à un « cercueil ». L’indéfini « une tête » montre que Rimbaud joue des codes du blason, un poème censé admirer la beauté d’une femme. Nous sommes donc dans un contre blason que Rimbaud va développer tout au long de son poème.
  • Le vers 2 débute avec un complément du nom « De femme ». L’enjambement particulier met en valeur ce complément. L’adjectif « bruns », l’ adverbe « fortement » et le participe passé « pommadés » nous laissent voir une Vénus brune, qui contraste avec l’image de la Vénus blonde du peintre Botticelli par exemple.
  • Dans le troisième vers, Arthur Rimbaud nous précise l’origine de sa Vénus. Le verbe d’action « émerge », auxquels sont apposés les deux adjectifs « lente et bête », nous donne des précisions sur l’apparence physique de la Vénus.
  • Enfin, c’est au moyen de l’adverbe « assez » que Rimbaud nous donne à voir le visage de sa Vénus: mal maquillé, mal « ravaudé ». A l’aide de la périphrase « déficits », le poète nous décrit le visage de la jeune femme.
  • Le deuxième quatrain s’ouvre sur la description du cou de la jeune femme. Rimbaud use de la périphrase « col », et désigne les « omoplates » comme « larges ».
  • La subordonnée relative « qui saillent » a fonction complément de l’antécédent « omoplates ». La seconde subordonnée relative complète le substantif « dos » et nous donne plus de précisions sur le physique de la jeune fille.
  • Le troisième vers du vers poursuit cette description au moyen de l’attribut du sujet « prendre l’essor ».
  • 2 ème mouvement: la chute du poème vers 9 à 14
  • Le premier vers du troisième tercet nous décrit la peau de la Vénus: « un peu rouge ». De plus, le vers présente une synesthésie au moyen de « tout sent un goût » au vers 9.
  • L’adverbe « étrangement » permet la césure à l’hémistiche marquée par la ponctuation « ; ». L’indéfini « On » nous place dans les yeux de celui qui regarderait un tableau.
  • La métaphore du spectateur du tableau se prolonge dans le vers suivant avec le complément circonstanciel de moyen « à la loupe », instrument utilisé pour agrandir une image.
  • Le dernier tercet présente le prénom de la Vénus placé en italique et qui permettent au lecteur de dénommer cette Vénus: « Clara Vénus ».
  • La ponctuation introduit la conjonction de coordination « Et » qui nous donne une vision d’ensemble de l’image, au moyen de « tout ce corps ». Les verbes d’action « remue » et « tend » nous donnent l’image d’un portrait animé.
  • Enfin, le dernier vers nous laisse voir une chute au moyen de l’adverbe « hideusement », qui désigne l’ « ulcère » à « l’anus ».

Dans ce poème, Rimbaud nous propose un contre-blason original du corps d’une femme, Clara-Vénus. Pour ce faire, l’auteur utilise d’abord la description du corps de la jeune femme, puis une chute à laquelle le lecteur ne s’attend pas. Ce contre blason n’est pas sans nous rappeler un auteur bien antérieur à Arthur Rimbaud, Clément Marot, qui utilisera lui aussi ce thème dans son blason du Laid tétin.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches