Image étude linéaire Baccalauréat
Tartuffe étude linéaire acte IV scène 5

Tartuffe étude linéaire acte IV scène 5

Ne pas oublier de rajouter le numéro des lignes pour les citations du texte.

Etude linéaire de l’acte IV scène 5 de Tartuffe, de « Je vous répond de tout…» à « … voyez exactement » Molière, 1664. 

Plan:

1er mouvement: Le faux rhume d’Elmire

2 ème mouvement: Elmire prend peur

3 ème mouvement: Un jeu dangereux

Le XVII ème est celui des monarchies absolutistes en Europe. En effet, les souverains justifient leurs puissances en se disant être les représentants de Dieu sur terre. Dans le même temps, en France, la langue française se stabilise. C’est le temps de la naissance des dictionnaires et des grammaires. Afin de fixer les règles du français contre le latin, la littérature se fera avant tout morale. De 1660 à 1685, le classicisme se posera comme le mouvement littéraire ayant ce projet. Représenté par La Fontaine, Molière, Perrault ou Boileau, les pièces ou fables classiques respecteront des règles très précises. Dans Tartuffe, pièce qui vaudra de nombreux ennuis à Molière, ce dernier critique les dévots. Dans cet extrait de l’acte IV scène 5, Elmire, mariée à Orgon, joue un jeu dangereux pour faire comprendre à ce dernier, caché sous la table, que Tartuffe est un manipulateur. Comment cette scène de reconnaissance, comment le personnage de Tartuffe sera-il démasqué? Cette présentation se déroulera en trois temps, d’abord en montrant la stratégie d’Elmire, puis en montrant les ressorts de son stratagème. Enfin, nous montrerons que le jeu d’Elmire fut dangereux et que la jeune fille fut près de devenir la victime de Tartuffe.

1er mouvement: Le faux rhume d’Elmire

  • Dès la première réplique, Tartuffe assume et paraît être un honnête homme. Alors qu’il explique qu’il « prend le mal » sur lui, il remarque que la jeune fille tousse, induisant donc un comique de mot et de situation savoureux pour le spectateur et le lecteur.
  • Elmire acquiesce au moyen de l’hyperbole « Je suis au supplice ».
  • Tartuffe, souhaitant toujours passer pour un médecin, propose « un jus de réglisse », qui rime avec le terme « supplice » du vers précédent.
  • La jeune femme le refuse et personnifie son rhume au moyen de l’adjectif « obstiné ». Elle modalise son discours au moyen de l’adverbe « sans doute ». La complétive qui complète le verbe « voit » donne le véritable sens de sa réplique: « Tous les jus du monde n’y feront rien ». Avec cette hyperbole, elle anéantit la proposition de Tartuffe.
  • A cette remarque, Tartuffe, soit disant médecin, pourrait répondre en proposant un autre remède. Il ne répond rien si ce n’est que l’attribut du sujet « fâcheux ».
  • Le dialogue de sourd continue dans le vers suivant avec la réplique d’Elmire.

2 ème mouvement: Elmire prend peur

  • Dans sa réplique, Tartuffe souhaite de séduire Elmire. En effet, l’homme tente de lui expliquer que le « mal » que tous deux pourraient faire n’en serait pas un car « pêcher » serait fait « en silence ». L’homme s’exprime au présent de vérité générale « est facile », « est ce qui fait », « ce n’est pas ». L’argumentaire fallacieux de l’homme rappelle ses mauvaises intentions.
  • Elmire décide de se laisser faire. La didascalie nous indique qu’elle frappe « sur la table ». Le lecteur et le spectateur savent qu’Orgon, le mari d’Elmire, se trouve sous la table. Elmire se sent désormais en danger et va tenter de persuader Orgon de sortir de  dessous la table.
  • La jeune femme explique qu’elle va céder à tartuffe au moyen de deux complétives « qu’il fait céder » et « qu’il faut que je consente ».
  • La jeune fille fait mine d’être désolée et se plaint, donnant une fausse tonalité élégiaque à son discours: « Sans doute il est fâcheux ».
  • Sa tirade se transforme en véritable appel à l’aide pout Orgon lorsqu’elle use du terme « témoin ».
  • Ravi, Tartuffe acquiesce au moyen de « Oui, madame »

3 ème mouvement: Un jeu dangereux

  • Elmire ordonne à Tartuffe d’ouvrir la porte au moyen de l’impératif «  Ouvrez » et « voyez ».
  • Elle continue avec la circonstancielle de condition « Si mon mari n’est point dans cette galerie ».
  • Tartuffe enchérit avec l’interrogation partielle « Qu’est-il besoin pour lui du soin que vous prenez ? »
  • Il médit au sujet d’Orgon, ce qui rend la scène encore plus comique car Tartuffe ne sait pas que ce dernier est sous la table. Orgon est apparemment à « mener par le nez ».
  • Tartuffe est persuadé qu’Orgon est un incapable. De cette manière, il tente de se valoriser, comme on peut le voir au moyen de l’usage du terme « gloire ».
  • Elmire exprime son mécontentement au moyen du dernier ordre qu’elle donne à tartuffe: « Sortez, je vous prie ». La jeune fille semble prendre conscience de la dangerosité de sa situation. Elle désire le départ de Tartuffe et lui dit d’aller « dehors », en un mot, elle le congédie.

Dans cet extrait, Molière nous permet d’assister à l’un de ses jeux favoris: la critique générale des médecins et de leurs éléments de langage verbeux et pédants. Pour ce faire, il critique le personnage de Tartuffe, qui n’est pas capable de déceler que le rhume d’Elmire est un faux. L’homme sera démasqué dans cette scène, même si la jeune fille jouera un jeu dangereux et s’avèrera plus téméraire que ce que le lecteur le pensait avant cette scène. La critique des médecins se poursuivra dans les autres oeuvres de Molière, comme par exemple Le Malade Imaginaire.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches