Image Fiche de lecture
Fiche de lecture Bel-Ami, Maupassant, 1885

Fiche de lecture Bel-Ami, Maupassant, 1885

Fiche de lecture

Bel Ami, 1885

Titre: Bel Ami

Auteur: Guy de Maupassant

Date de parution: 1885

Genre: Roman

Plan de la fiche:

I Présentation de l’auteur

II Contexte de l’oeuvre

III Découpage

IV Personnages principaux

V Résumé détaillé

VI  Thèmes importants

VII Moments clés

VIII Citations

IX Mots clés/ Lexique

X Conclusion

I Présentation de l’auteur:

Guy de Maupassant est un écrivain français né en 1850 et mort en 1893. Il passe son enfance en Normandie, à Etretat. Il acquiert en Normandie une connaissance aiguë des paysans et de la campagne normande. Si son roman Pierre et Jean se situe au Havre, c’est parce que Maupassant connaît bien la région dans laquelle il a vécu. Georges Duroy, le héros de Bel Ami, est lui aussi Normand. Lors de vacances, il sauve de la noyade un poète à qui il donne certaines de ses nouvelles. Les nouvelles plaisent au poète et il l’encourage dans cette voie. Après son baccalauréat, sur les conseils de Flaubert (autre écrivain ami de sa famille), il va faire des études de droit à Paris mais la guerre contre la Prusse (l’ancienne Allemagne) bouleverse ses projets. A l’âge de 27 ans, on lui diagnostique une maladie mortelle, la syphilis. Cette maladie provoque chez lui des hallucinations qu’il décrira dans la nouvelle Le Horla. Après un suicide manqué, il fut interné sans une maison de santé où il mourra en 1893 sans avoir retrouvé la lucidité.

Sa vision du monde profondément pessimiste fera évoluer ses œuvres en finissant par réagir aux excès du naturalisme d’Emile Zola qui inspirera Maupassant pendant ses jeunes années. Maupassant écrira plus de trois cent nouvelles et six romans. C’est l’un des écrivains français les plus connus.

II Contexte de l’oeuvre:

C’est au XIX ème siècle que la presse connaît un véritable succès en France. Ce succès durera tout le long du siècle. C’est donc un milieu florissant que décrit Maupassant dans Bel Ami.

III Découpage:

Première partie

8 chapitres

Deuxième partie

10 chapitres

IV Personnages principaux:

Georges Duroy: ancien militaire en Algérie, il a un travail misérable à Paris avant de croiser par hasard Georges Forestier qui l’invite à dîner et lui trouve un travail de journaliste à La Vie Française, où lui même travaille. Mais Duroy n’a jamais rien écrit et il a beaucoup de mal à écrire quoi que ce soit au début. C’est avec le temps qu’il apprendra à écrire un article correct. Plus qu’un journaliste raté, Duroy est surtout un séducteur qui use de ses charmes à chaque occasion qui se présente à lui. Ses conquêtes seront nombreuses dans le roman. Décrit comme un bel homme, il n’hésitera pas à manipuler ses maîtresses pour arriver à son but ultime: avoir une situation et de l’argent.

Georges Forestier: ancien ami de Duroy, il est constamment malade. C’est lui qui fait en sorte que Duroy trouve un travail à La Vie Française. Le lecteur se rend vite compte que c’est en fait sa femme qui écrit tous ses articles, Georges Forestier passant son temps à faire du bilboquet au lieu décrire.

Mme Forestier: femme de Georges. C’est elle qui écrit les articles de son mari et le premier article de Duroy, à propos de ses souvenirs d’Afrique. Elle a de nombreuses relations et sait se mouvoir dans les hautes sphères de la société parisiennes. Si elle séduit Duroy au début du roman, elle préfère faire de lui un ami et lui donner des conseils. C’est elle qui lui conseille de se rendre chez Mme Walter, la femme du propriétaire du journal pour essayer de se faire un nom.

Mme Marelle: femme mariée qui sera la première conquête de Duroy. Elle a une petite fille qui donnera à Duroy son surnom de Bel Ami. Elle aime boire, s’amuser, dépense sans compter. Elle entretient Duroy dans un appartement et lui prête sans cesse de l’argent.

Mme Walter: elle est la femme de M. Walter, le propriétaire de La Vie Française. Du Roy la séduit avant de la laisser tomber. Quand Du Roy souhaite épouser Suzanne, elle ne peut pas dire à son mari les raisons de son refus.

IV Résumé détaillé:

Première partie:

Georges Duroy est un homme qui plaît aux femmes. Il n’a pas d’argent. Il est employé des chemins de fer. Quand il était en Afrique il s’est trouvé dans un pays colonisé et a violenté des Arabes. Il retrouve par hasard un de ses amis, Le Forestier, dit Forestier. Il confie à son ami ses soucis d’argent et son opportunité de devenir écuyer. Le Forestier lui déconseille. Georges Forestier lui fait visiter les locaux de La Vie Française, le journal dans lequel il travaille. Même s’il n’a pas de formation, il propose à Georges de travailler au journal. La Forestier l’invite à un dîner pour le lendemain et les deux hommes terminent leur soirée aux Folies Bergères, un bar avec des prostituées.

Le dîner a lieu le lendemain, au chapitre 2. Duroy rencontre le propriétaire du journal, M. Walter, et une des invitées des Forestier, Mme Marelle. Duroy est très impressionné car il n’a pas l’habitude de dîner dans un endroit aussi luxueux. Il a pris le temps de s’admirer et de perfectionner sa tenue. Il s’illustre auprès des convives en relatant son passé de soldat en Algérie. Les convives trouvent les souvenirs exotiques et Duroy rafraîchissant. Ses souvenirs intéressent M. Walter qui le prie de lui rendre visite le lendemain pour lui proposer un poste au journal. Il séduit la fille de douze ans de Mme Marelle. Plus tard, c’est Mme Walter qu’il séduit à son tour.

Dans la rue en sortant du repas, Duroy est très heureux. Le dîner s’est passé comme il voulait. En rentrant chez lui, il essaie de se mettre à écrire mais n’arrive pas à aligner quelques lignes. A la place, il divague, rêve. Un peu découragé, il va demander de l’aide à Forestier. Dans l’entrée de son immeuble, ce dernier lui dit qu’il n’a qu’à aller demander à sa femme de l’aider. C’est elle qui lui dicte l’article à écrire. Duroy la remercie. La femme de Forestier lui demande ce qu’il a pensé hier au dîner de Mme Marelle. Duroy se rend ensuite au journal pour donner son article à M. Walter. Là-bas, il y croise Forestier, qui joue au bilboquet. Duroy réalise que c’est l’occupation favorite des journalistes du journal, qui en ont une armoire pleine. Ils passent leurs journées à ça. Lorsque M. Walter lit l’article de Duroy, il est embauché.

Au chapitre 4, Duroy est très excité de voir imprimé son article dans le journal. Il l’achète et se rend dans son ancien travail. Il fait une scène en disant qu’il a trouvé mieux dans le journalisme. Duroy est orgueilleux et extrêmement prétentieux. Duroy échoue à amener la suite de son article que M. Walter lui avait pourtant demandé. Il va apprendre le métier avec un jeune journaliste. Mais les conseils que ce dernier lui donnent ne l’aident pas et il retourne chez Forestier pour obtenir de l’aide de Mme Forestier. Mais le couple refuse de l’aider et Duroy doit se résigner, avec beaucoup de peine, à écrire seul. Avec son premier salaire, il se rend aux Folies Bergères revoir la prostituée qui lui avait plu lors de sa soirée avec Forestier. On lui demande de retoucher plusieurs fois son article et il finit par abandonner l’idée. A la place, il se rend aux préfectures, aux assemblées, à la Chambre des députés, et écrit quelques lignes à chaque fois. Cela ne paye pas beaucoup et il commence à désespérer.

Duroy se rappelle que Mme Marelle l’avait invité à déjeuner. Il se rend chez elle un jour où il n’a rien à faire. Duroy se rend compte que Mme Marelle connaît de nombreux cancans sur les membres de la haute société parisienne qu’elle fréquente. Duroy se dit qu’il pourrait l’utiliser et écrire des articles savoureux. Un soir, elle l’invite à dîner au restaurant avec les Forestier. Tous mangent et boivent beaucoup. Mme Marelle et Mme Forestier se livrent une bataille pour être séduites par Duroy. Forestier ne s’aperçoit de rien. Mme Marelle demande à Duroy de la raccompagner chez elle car elle a trop bu. Le lendemain, ils commencent une liaison. Duroy est baptisé Bel-Ami par Laurine, la fille de Mme Marelle, qui l’aime beaucoup. Mme Marelle dit qu’elle le rencontrera chez lui, car ils y seront plus tranquilles. Alors qu’elle revient chaque mardi le voir, elle est insultée par les voisins de Duroy. Mme Marelle décide donc de lui louer un appartement qu’elle paye pour lui. Mme Marelle aime se déguiser en ouvrière et fréquenter des endroits malfamés où on ne la reconnaît pas. Duroy avoue à Clothilde Marelle qu’il n’a plus d’argent. Elle lui glisse de l’argent dans une poche- Duroy l’accepte mais lui en veut de lui avoir prêté de l’argent. Elle lui glisse de l’argent dans ses vêtements et il se promet de le lui rendre. Aux Folies Bergères, ils croisent la prostituée que Duroy est allé voir. Il fait croire à Mme Marelle qu’il ne la connaît pas.

Duroy se rend chez Mme Walter. M. Walter lui montre sa collection de tableaux. Duroy fait une remarque intéressante à propos de l’Académie Française. Le lecteur comprend qu’il commence à avoir l’habitude de fréquenter la haute société et qu’il se sent désormais assez à l’aise pour faire des remarques pertinentes sur ce qu’il sait. Il est promu chef d’une section de la Vie Française, les Echos. A nouveau invité chez les Walter, il y croise les Forestier et Mme Marelle, avec qui il se réconcilie. Elle l’invite à dîner avec son mari peu de temps après. Les Forestier quittent Paris pour le sud de la France.

Le chapitre 7 débute par une attaque contre Duroy publié dans un journal concurrent. Un écrivain raconte que Duroy n’a aucun talent et le provoque en duel. Duroy ne s’est jamais battu et a très peur. Personne ne meurt pendant le duel, ni Duroy ni son adversaire. Après le duel, Mme Marelle souhaite le revoir: elle l’a trouvé très courageux. Elle l’invite à nouveau à dîner avec son mari. Au chapitre 8, après avoir reçu une lettre de Mme Forestier Georges Duroy se rend à Cannes pour voir Georges Forestier sur le point de mourir. Son ami meurt après quelques jours. Duroy rappelle sa promesse à Mme Forestier: il lui appartient. Il espère qu’elle fera de lui son nouvel époux.

Deuxième partie: Georges Duroy et Madeleine Forestier se marient peu de temps après son retour de Cannes. Les deux amis décident que Duroy se ferait désormais du Roy de Cantel. Madeleine insiste pour aller rendre visite aux parents de Duroy. Ils se rendent en Normandie, près de Rouen, d’où il est originaire. Les parents de Duroy sont extrêmement modestes et finalement, Madeleine souhaite rentrer plus tôt que prévu. A leur retour de Paris, Duroy et Madeleine Forestier s’installent ensemble. Comme pour Georges, c’est Madeleine qui dicte ses textes à Forestier.

Toujours journaliste, c’est dans le milieu politique que Duroy évolue désormais. Une des connaissances de Madeleine sera bientôt ministre. Duroy découvre peu à peu Madeleine et en sait plus sur la vie qu’elle menait avec Georges. Les nouveaux collègues se moquent de Duroy et l’appellent Forestier. Mais c’est à nouveau vers Mme Marelle et bientôt vers Mme Walter que Duroy se tourne désormais. Il rencontre Mme Walter à l’église et cache à tous leur amour. C’est maintenant M. Walter et ses filles qui l’appellent Bel-Ami. Duroy est déshonoré par ce surnom. Duroy est désormais l’amant de Mme Walter. Les affaires de Madeleine Forestier avancent et son salon est devenu un endroit où se rejoignent les hommes politiques en vue. Leur ancien ami, M. Laroche-Mathieu, est désormais ministre.

Madame Forestier lui conseille de placer de l’argent car elle sait, grâce à M. Laroche-Mathieu, que la France fait de gros investissements au Maroc. Duroy continue de voir Mme Marelle à qui il parle des investissements. Un de leurs amis, M. Vautrec, meurt subitement. Il lègue tout à Madame Forestier. Duroy veut faire avouer à Madame Forestier qu’elle était la maîtresse de Vautrec, mais elle refuse. Duroy et Madeleine Forestier sont maintenant très riches. Le couple prend ses distances l’un avec l’autre et Madame Forestier entretient désormais une liaison avec M. Laroche-Mathieu. A un dîner chez les Walter, Mme Walter lui fait une scène de jalousie. Ils rompent. Ce dernier fait cadeau de la Légion d’honneur à Duroy, qui n’a pourtant rien fait.

Au chapitre VIII, les Du Roy se rendent souvent chez les Walter pour dîner. Comme il la rencontre souvent chez elle, Du Roy séduit Suzanne Walter, la fille de Madame Walter. A l’aide d’un détective et dans une scène comique, Du Roy surprend sa femme avec M. Laroche-Mathieu, bien qu’il soit au courant depuis longtemps de leur liaison. Mais l’homme se fait arrêter et Duroy peut divorcer tranquillement: sa femme est en faute.

Fraîchement divorcé, Du Roy s’éprend désormais de Suzanne Walter. Bien que Mme Walter s’y oppose, M. Walter consent au mariage. Bien entendu, Mme Walter ne peut avouer à son mari la raison de son refus. Le mariage a lieu à l’église. Les dernières lignes du roman montrent Mme Marelle et lui se faire un regard complice lors du mariage de Du Roy et Suzanne Walter.

VI Thèmes importants:

Dans Bel-Ami, Maupassant cherche à peindre la vérité du milieu qu’il décrit. Ici, ce seront les journalistes et leur manque de talent que l’auteur raillera le plus. C’est le principe du réalisme.

C’est dans ce roman que l’influence de Flaubert (ami de sa famille) se fera la plus importante. C’est aussi une plume acerbe et extrêmement cynique qui court tout le long du roman. L’auteur choisit les traits les plus caractéristiques pour décrire un milieu. Plus que celui du journalisme, ce sont aussi les milieux de la finance et de la politique qui sont dépeints dans ce roman.

VII Moments clés:

L’un des moments clés de Bel-Ami se situe à la moitié du roman, lorsque Georges Duroy fait un pacte avec Madame Forestier, juste après la mort de Georges. C’est à ce moment que nous voyons l’étendue de l’ambition de Duroy pour arriver à ses fins. Mais c’est aussi Madama Forestier qui nous étonne dans cet extrait: cette femme, apparemment amoureuse de son mari, est aussi ambitieuse que Duroy. Ce personnage féminin se comportant comme un homme est aussi l’une des particularités de Bel-Ami.

VIII Citations:

« Elle était un peu trop grasse, belle encore, à l’âge dangereux où la débâcle est proche ».

C’est par exemple dans cette description de Mme Walter que l’on note la plume acerbe  (cynique) de Maupassant.

IX Mots-clés/ Lexique:

Journalisme: profession qui consiste à écrire, retranscrire l’actualité dans un journal. Le journaliste va recueillir les informations et les écrit dans des articles.

Réalisme: mouvement littéraire du XIX ème siècle qui retranscrit la réalité telle qu’elle est. Mouvement qui touchera aussi la peinture.

Séducteur: personne qui utilise ses charmes pour arriver à ses fins.

Arriviste: personne qui est prêt à tout pour devenir célèbre et riche.

Bilboquet: jeu consistant à essayer de faire tenir une boule de bois attachée à l’aide d’une corde sur un bout de bois.

Roulure: insulte destinée à une femme de petite vie.

Etre crâne: être prétentieux.

X Conclusion

Alors qu’il a écrit plus d’une centaine de nouvelles réalistes, Guy de Maupassant n’a écrit que très peu de romans. Bel-Ami est l’un de ces romans. S’il traite du milieu du journalisme et que l’on peut le mettre en lien avec les Illusions Perdues d’Honoré de Balzac, Georges Duroy est tout sauf un modèle d’écrivain. Séducteur acharné, il gravira marche après marche l’escalier de la réussite sociale. On notera d’ailleurs que très ironiquement, la dernière scène se passe sur les marches d’une église lors du mariage de Duroy (devenu Du Roy), et que le dernier mot du roman est le mot « lit ».

 

8 pages tapées à l’ordinateur = 16 pages écrites à la main si vous décidez de recopier cette fiche

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches