Image Fiche de lecture
Fiche de lecture de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Olympe de Gouges, 1791

Résumé article après article Olympe de Gouges de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, 1791

Fiche de lecture

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne,

Titre: Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Auteur: Olympe de Gouges

Année de parution: 1791

Genre: Déclaration

Plan de la fiche:

I Présentation de l’auteur

II Contexte de l’oeuvre

III Découpage

IV Personnages principaux

V Résumé détaillé

VI Citations

VII Mots clés/ Lexique

VIII Conclusion

I Présentation de l’autrice:

Le nom de naissance d’Olympe de Gouges est Marie Gouze. C’est une écrivaine française née à Montauban en 1748. Cela signifie que le français n’est pas sa langue maternelle. Pour Olympe de Gouges, la langue maternelle est l’Occitan. Ses parents sont bouchers. Sa mère est la fille d’un avocat. Olympe de Gouges sera mariée à l’âge de dix-sept ans à un homme âgé de trente ans de plus qu’elle. Son mari la quittera quatre ans après leur mariage et elle fuira Paris avec leur fils. Là-bas, elle vit de son écriture et des relations qu’elle noue avec ses protecteurs. Elle fréquente les salons littéraires de l’époque et s’initie au théâtre. Elle devient dramaturge, journaliste et philosophe. Elle meurt guillotinée à l’âge de 45 ans.

II Contexte de l’oeuvre:

La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne s’inscrit dans un contexte particulier. La Révolution français (1789) a aboli les prérogatives de l’Ancien Régime pour un mode de gouvernement plus équitable et plus démocratique. Néanmoins, les femmes sont lésées par le texte, et Olympe de Gouges ne le trouve pas équitable. Elle reprend donc les articles, ajoute et supprime ce qui ne lui convient pas, pour en faire un texte unique.

III Découpage:

6 parties

Dédicace à la Reine

Les Droits de la femme

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Préambule

Article I à XVII

Postambule

Forme du contrat social

V Résumé de l’ouvrage:

A la Reine

Le texte d’Olympe de Gouges débute par un épître (une sorte de dédicace) à la reine Marie-Antoinette, la femme de Louis XVI. Dans un dialogue (elle l’appelle « Madame », et non « Majesté »), elle se place à la hauteur de la reine pour lui parler de « femme à femme ». Olympe de Gouges lui rappelle qu’elle l’a toujours soutenue: on sait que Marie-Antoinette est une femme que les français n’ont pas beaucoup aimé. Ils lui reprochent d’avoir dépensé et gaspillé beaucoup d’argent, d’avoir tenté de fuir la France avec le roi lors des émeutes de 1791 (fuite à Varennes). Dans cet épître, Olympe de Gouges a pour nut de rallier la Reine à sa cause afin d’unir les Français et les Françaises.

Les Droits de la femme

Dans ce texte qui se situe avant le Préambule, Olympe de Gouges rappelle l’état de nature des hommes. Elle se place dans la droite lignée des pensées des hommes des Lumières, de Jean-Jacques Rousseau particulièrement. Dans la nature, hommes et femmes se ressemblent et son unis: c’est en société qu’ils sont différents et que leurs droits sont inégaux. Olympe de Gouges va plus loin: elle accuse les hommes d’êtres des « despotes ».

Préambule

Le préambule du texte d’Olympe de Gouges lui sert à se placer dans le droit héritage de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Ainsi, l’autrice reprend presque à l’identique le début du texte, en changeant les sujets masculins en sujets féminins. Mais là n’est pas le seul ajout de l’autrice: elle cherche à faire légion, à montrer à quel point les femmes ont été lésées par le texte originel de 1789.

Les articles

Article I: Tout d’abord, l’autrice supprime, comme le faisait l’article 1 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la notion de droits acquis en fonction de la naissance de chacun. Désormais, les actes de chacun déterminent la hiérarchie sociale. Olympe de Gouges remplace « les hommes » par « la femme », plaçant ainsi le genre féminin au centre de son écrit.

Article II: comme les hommes, les femmes doivent pouvoir jouir de leur liberté et de leur propriété. Elles doivent aussi pouvoir vivre dans un endroit sûr (droit à la sureté) et résister contre ce qu’elles trouvent injuste.

Article III: la nation pour Olympe de Gouges, c’est l’homme et la femme, pas l’homme seul.

Article IV: selon Olympe de Gouges, l’homme doit cesser sa « tyrannie » sur la femme, qu’elle considère comme un abus.

Article V: les lois naturelles (l’égalité entre les hommes et les femmes) sont nécessaires à la société.

Article VI: la loi doit être votée par toutes les citoyennes et par tous les citoyens.

Article VII: les femmes sont soumises, comme les hommes, à la loi.

Article VIII: la loi doit être juste, et votée par tous.

Article IX: l’article IX supprime la présomption d’innocence (présente dans le texte de 1789)- tout homme est innocent jusqu’à ce qu’il ait été jugé coupable. Néanmoins, ici, l’autrice est plus dure que les auteurs de 1789. Elle insiste sur la rigueur avec laquelle les femmes jugées coupables doivent être traitées.

Article X: (raisonnement par analogie) Les femmes doivent avoir le droit de participer à la vie politique. Elles doivent avoir le droit d’exprimer leur liberté d’opinion. Si les femmes ont des droits, elles ont aussi des devoirs. La fin de l’article X insiste sur l’importance de l’ordre public.

Article XI: Olympe de Gouges revendique le droit aux mères de reconnaître leurs enfants librement. Elle ôte en revanche ce qui concerne la liberté de la presse, présent dans l’article XI original.

Article XII: les droits des femmes concernent toutes les femmes, des plus riches au plus pauvres.

Article XIII: les femmes doivent participer, comme les hommes, aux devoirs qu’entraînent les dépenses de l’Etat. Elles doivent pouvoir avoir accès à toutes les professions et toutes les fonctions.

Article XIV: les femmes doivent participer aux décisions qui concernent les impôts en France.

Article XV: cet impôt peut être vérifié, justifié par une femme.

Article XVI: la séparation entre les trois pouvoirs (législatif, exécutif, judiciaire) garantit la Constitution.

Article XVII: les femmes ont un droit de propriété égal à celui des hommes.

Postambule

Sur le ton de l’appel, Olympe de Gouges conclue son texte en appellant les femmes à se battre pour leurs droits. L’autrice rappelle que naturellement, les hommes et les femmes ont besoin l’un de l’autre pour vivre en société.

Forme du contrat social de l’homme et de la femme

Dans cette conclusion, Olympe de Gouges explique les tenants juridiques du contrat de mariage qui devrait permettre aux femmes l’ouverture des droits lors de leurs unions aux hommes.

VI Citations:

« Homme, es‑tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question. » (Adresse aux hommes)

« Femme! Réveille toi! Le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers! » (Postambule)

VII Mots-clés/ lexique:

Epître: lettre adressée à quelqu’un au début d’un livre.

Citoyen: homme qui jouit de ses droits civiques.

Droits naturels: droits fondamentaux dont l’être humain ne peut être privé.

VIII Conclusion:

L’oeuvre d’Olympe de Gouges peut se lire comme une oeuvre tout à fait moderne pour son temps. En effet, les droits des femmes que revendique l’autrice ne seront appliqués qu’au XX ème siècle. De plus, ce ne sont pas que les femmes qui sont concernées par son appel: mais aussi les personnes de couleur, les esclaves et les enfants, dont les droits mettront bien longtemps avant d’être acquis. L’écho d’Olympe de Gouges est donc résolument moderne.

6 pages tapées à l’ordinateur = 12 pages si vous décidez de recopier votre devoir à la main.

 

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches