Image étude linéaire Baccalauréat
Les misérables étude linéaire

Les misérables étude linéaire

Ne pas oublier de rajouter le numéro des lignes pour les citations du texte.

Etude linéaire « Calmons-nous, les momignards… » à « …dit Gavroche » Extrait du tome IV, livre 6 chapitre 2 des Misérables de Victor Hugo, 1862.

Plan:

1 er mouvement:  Une entrée fracassante dans la boulangerie… (ligne 1 à 11)

2 ème mouvement: … Cachant un moment la dure réalité de la fin du XIX ème siècle (ligne 12 à la fin)

Le XIX ème siècle est celui de la modernité. Napoléon III change le visage de Paris avec l’aide du baron Haussmann. Les « grands travaux » redessinent le visage de la capitale française et expulsent les parisiens qui vivaient encore dans ces petites rues que l’on peut encore imaginer en se baladant dans le Marais, au coeur de Paris. Victor Hugo, poète du peuple, a eu a coeur de parler de la vie des ces petites gens qui formaient tout de même la majorité de la population parisienne. Dans Les Misérables, il raconte la vie de Fantine, qui donne sa fille Cosette aux Thénardiers, une famille qui exploite la petite. Elle rencontre chez eux Gavroche, garçon des rues qui la prendra sous son aile. Dans le chapitre 2 du livre 6 du tome IV Gavroche rencontre d’autres garçons des rues et se décide à les aider à se nourrir. Il entre dans une boulangerie et fait une scène au boulanger, qui malgré lui, devient complice du jeune homme. Ces deux derniers se livrent à une joute verbale comique. Par quel tour de force Victor Hugo réussit-il à rendre comique cette scène de misère sociale? Afin de répondre à ce projet de lecture, nous scinderons ce text en deux mouvements. Le premier montrera l’entrée fracassante de Gavroche dans la boulangerie, alors que le deuxième rappellera la pauvreté et la dure réalité des enfants des rues de Paris en cette fin de XIX ème siècle.

1 er mouvement:  Une entrée fracassante dans la boulangerie… (ligne 1 à 11)

  • La première phrase est prononcée par Gavroche, qui s’adresse aux deux enfants qu’il vient de rencontrer dans la rue. Il leur ordonne au moyen de l’impératif « Calmons-nous ». On remarque que le jeune homme s’inclue au moyen du pronom pluriel. Hugo se permet un néologisme désignant les deux enfants que vient de rencontrer Gavroche, « les momignards ». On reconnait le préfixe « môme » et le suffixe « -gnard » qui signifie enfant.  Le présentatif « Voici » introduit le geste que fait Gavroche pour donner de l’argent aux enfants. La proposition suivante débute par une conjonction de coordination qui montre que les actions s’enchaînent. Le passé simple insiste sur cette idée. Le COD placé à la fin de la proposition « un sou » nous montre l’importance de cet objet pour les enfants.
  • La deuxième ligne est marquée par les deux virgules qui montrent l’enchaînement des actions. Le passé simple « poussa » et « mit » montrent les actions se succéder les unes après les autres. Le gérondif « en criant » indique que l’action est simultanée. Les deux enfants sont désignés comme: « les deux petits ». Gavroche se comporte désormais comme une mère qui doit nourrir ses petits. Le lexique nous indique qu’il se sent responsabilisé.
  • Le dialogue se poursuit avec l’interpellation du « Garçon! », qui rappelle celle du garçon de café. Le déterminant numéral « cinq » nous donne le prix du pain. On peut remarquer qu’il s’agit d’une somme très basse, renseignant sur les conditions de vie modeste des enfants.
  • Un nouveau personnage fait son entrée. Il est décrit par Victor Hugo comme « le maître en personne » au moyen de la subordonnée relative détachée « qui était le maître en personne ». Cette image positionne le boulanger comme dominant par rapport aux enfants. Le COD « un pain » nous donne des précisions sur l’action.
  • Gavroche donne à nouveau un ordre au boulanger au moyen du déterminant numéral « trois ». Le groupe prépositionnel « avec dignité » est complément circonstanciel de manière. L’attribut « trois » complète le verbe d’état « sommes ». De cette manière Gavroche souhaite faire front face au boulanger, et montrer qu’il peut lui tenir tête.
  • Le participe présent « voyant » nous montre l’action simultanée, en train de se faire. Les enfants sont désignés comme « les soupeurs » au moyen d’une périphrase. Le plus-que-parfait « avait pris » nous montre une action de deuxième plan. Le boulanger décide de leur servir un « pain bis » considéré comme moins bon que le pain frais. Gavroche provoque le boulanger au moyen d’un geste sans équivoque: « plongea ses doigts dans son nez ». L’image « il jeta une apostrophe indignée » poursuit le geste.
  • Victor Hugo fait à nouveau un néologisme dans la question de Gavroche. Il joue sur les sonorités et sur le parler parisien de ce garçon des rues.

2 ème mouvement: … Cachant un moment la dure réalité de la fin du XIX ème siècle (ligne 12 à la fin du texte)

  • A partir de la ligne 12, Victor Hugo s’adresse au lecteur, qu’il sait éclairé. En comparant les jeunes gens à des tribus sauvages s’exprimant au moyen de sonorités étonnantes, il flatte le lecteur qui selon lui, connaît ces peuples. C’est ce que l’on peut voir au moyen de « seraient tentés de voir ». L’image des « solitudes » désigne les grandes plaines, les étendues d’eau silencieuses. L’auteur nous explique ce que veut dire Gavroche comme le ferait un dictionnaire. C’est une manière pour lui de garder le lecteur avec lui, et de le rendre complice de la provocation de Gavroche.
  • A l’inverse du lecteur qui a besoin d’une définition de Victor Hugo, le boulanger « comprit parfaitement ». L’adverbe « parfaitement » contraste avec l’ignorance dont l’auteur parlait plus haut.
  • Il répond par l’exclamative: « Eh, mais! ». Le présentatif « C’est » désigne le pain. L’homme répète le COI « du pain » en y accolant l’adverbe laa seconde fois « du très bon pain ». L’usage de la répétition et l’adverbe nous permettent de penser que le boulanger se justifie face aux remarques de Gavroche.
  • Gavroche s’exprime ensuite comme le parfait garçon des rues qu’il est au moyen de « larton », terme en argot pour désigner le pain. Il personnifie ce dernier en lui donnant une caractéristique humaine, « brutal ». Cet adjectif nous laisse penser que le pain est dur, comme on retrouve les mêmes sonorités. Les deux adjectifs « calme » et « dédaigneux » donnent à Gavroche un air supérieur qu’il amplifie avec le verbe « je régale » comme le ferait un seigneur: quelqu’un qui a beaucoup d’argent. Le pain que Gavroche souhaite est du pain « blanc », le jeune homme utilise la métaphore « savonné » pour en rappeler la couleur.
  • Le verbe « pût s’empêcher » ligne 21 est au passé simple, montrant l’enchaînement des actions. Le boulanger se rend complice de Gavroche et assiste lui aussi au spectacle.
  • Le plus que parfait « étaient affamés » donne le véritable état des enfants. Le narrateur omnisicient les désigne comme « pauvres ». Le gérondif « en arrachant » et la métaphore « à belles dents » indique qu’ils dévorent le pain. L’imparfait de description « ils encombraient », et « les regardait » nous laisse voir une action de second plan.
  • Gavroche s’exprime dans un argot tout parisien: « Rentrons dans la rue ». Gavroche désigne ici le Paris avant les travaux de Haussman, fourmillant de petites rues, avant les Grands Boulevards.

Dans cet extrait, Victor Hugo nous rappelle qu’il est l’écrivain du peuple. Si l’on peut voir des éléments comiques dans les façons d’être de Gavroche, la réalité est moins drôle: les enfants ont très faim comme nous l’avons montré dans l’analyse de ces deux mouvements. Le duo joué par Gavroche et le boulanger n’est pas sans nous rappeler une scène de comédie, en particulier une comédie qui mettrait en scène les valets de Molière. Avec son argot et ses airs de « Monsieur », gavroche rappelle tour à tour Le Bourgeois Gentilhomme et Argan dans Le Malade Imaginaire.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches