Image Fiche de lecture
Fiche de lecture Mes forêts Hélène Dorion

Fiche de lecture Mes forêts Hélène Dorion

Fiche de lecture

Mes Forêts

Auteur: Hélène Dorion

Année de parution: 2021

Genre: Poésie

Plan de la fiche:

I Présentation de l’auteur

II Découpage

IV Résumé détaillé

I Présentation de l’auteur:

Hélène Dorion est né en 1958, à Québec, au Québec, en Amérique du Nord. C’est là qu’elle passe les 26 premières années de sa vie avant de s’installer au nord de Montréal, dans la chaîne de montagne des Laurentides. Son premier recueil de poésie paraît alors qu’elle a 25 ans, et s’intitule L’intervalle prolongé. Hélène Dorion est éditrice et enseignante. En 2009, elle déménage à nouveau pour s’installer en Estrie, toujours au Québec près des Etats-Unis cette fois-ci. C’est là qu’elle réside aujourd’hui.

III Découpage:

Quatre parties

1

L’écorce incertaine

25 poèmes de 7 à 14 vers libres.

2

Une chute de galets

1 long poème de 96 vers libres.

3

L’onde du chaos

30 poèmes de 6 à 37 vers libres.

4

Le bruissement du temps

3 poèmes de 82, 85 et 98 vers libres.

En exergue de chaque partie de son recueil, Hélène Dorion cite une poétesse.

La première Ann Lauterbach, est une poétesse américaine née en 1942.

La deuxième est Silvia Baron Supervielle, née en 1934, poétesse de nationalité argentine mais américaine mais qui écrit en français.

La troisième poétesse est Kathleen Raine, née en 1908 et décédée en 2003 et qui était d’origine britannique.

Enfin, Annie Dillard est citée en exergue de la quatrième partie. Cette poétesse américaine est née en 1945.

NB: l’édition au programme comporte aussi un entretien entre Burno DOucey, l’éditeur d’Hélène Dorion, et la poétesse. Sa lecture est vivement recommandée pour mieux comprendre l’oeuvre.

III Résumé détaillé:

NB: Pour Hélène Dorion, Mes Forêts n’est pas à lire « littéralement », c’est à dire poème après poème, mais plutôt à écouter comme on le ferait pour une musique. Hélène Dorion a d’ailleurs mis son livre en lien avec une playlist sur la plateforme Spotify à écouter -pourquoi pas- en lisant le recueil.

Premier poème: Mes forêts (1)

Premier « poème cadre » du recueil. Dans ce poème liminaire, Hélène Dorion donne un avant gout de ce que lecteur pourra lire dans la première partie. On retrouve les éléments essentiels qui forment la première partie. L’ensemble des « poèmes cadre » peut se lire comme un seul et même long poème.

Première partie: L’écorce incertaine

25 poèmes de 7 à 14 vers libres.

L’horizon:

Dans ce poème, Hélène Dorion décrit la naissance du jour et le soleil qui se lève à l’horizon.

L’arbre:

Ici la poétesse décrit une ballade en forêt sous la pluie.

Le ruisseau:

Description d’un ruisseau qui coule entre les pierres. Poème contemplatif.

Le rocher:

Description d’un rocher couvert de mousse en forêt.

Le tronc:

La poétesse décrit un champ remplit de tronc d’arbres coupés. Selon elle, ils ressemblent à des « cicatrices dans la bouche de l’hiver ».

L’île:

Poème formé de deux circonstancielles de condition et d’une partie au conditionnel. Question ouverte de l’autrice aux lecteurs sur la solitude.

La branche:

L’horizon est à nouveau présent dans ce poème. La poétesse rappelle le cycle des saisons et l’éternellement renouvellement de la nature à chaque printemps.

Les feuilles:

Ici Hélène Dorion compare les forêts à des flammes qui « étreignent le vide ».

La déchirure:

Poème à la première personne du singulier. L’autrice compare le son de la montagne au son des vagues qui s’échouent sur la plage.

L’écorce:

Hélène Dorion parle ici des scies qui coupent les arbres. Leur abattage fait grincer et gémir les forêts. La poétesse compare le gémissement des forêts coupées à la solitude humaine.

L’humus:

Hélène Dorion s’interroge sur l’humus des pierres comme si ce dernier était la voix de quelqu’un que l’on entend plus.

Le mur de bois:

Hélène Dorion imagine une forêt dans la tempête.

La cime:

Hélène Dorion décrit l’effet que produit chez elle l’observation de la cime d’un arbre.

La bête:

La poétesse décrit un animal vivant dans une forêt. Elle plaide pour une conservation de la nature comme pour nous protéger nous-mêmes.

Les racines:

Hélène Dorion décrit les racines des arbres qui s’étendent à l’horizon.

Le silence:

Hélène Dorion reprend la première personne pour nous parler du silence de la forêt et de la rêverie contemplative dans laquelle elle est plongée quand elle s’y ballade.

L’ocre:

Poème sur l’automne.

Le houppier:

Partie de l’arbre juste avant la cime. Hélène Dorion décrit le sommet d’un arbre qui touche les nuages pendant l’hiver et sous la neige.

Les brèches:

Une brèche est un trou de lumière formé dans un arbre, dans ses branches par exemple. Le mouvement des feuilles de l’arbre est appelé « bégaiement » par Hélène Dorion.

Le temps:

Très court poème sur le vent dans les arbres.

Le sentier:

Premier animal nommé dans le recueil: le hibou.

Le feu:

Hélène Dorion relate un incendie dans une forêt. Elle compare le feu à une bête sur le point de tout dévorer.

Les vents:

Poème sur la volatilité de la forêt. Hélène Dorion compare l’air de la forêt à un oiseau.

Un lit:

Poème débutant par un indéfini, « un ». Hélène Dorion décrit le langage de l’infiniment petit dans la forêt, puis de l’infiniment grand.

L’aile:

Hélène Dorion décrit un rapace qui chasse. L’autrice décrit son poème comme une forêt qui rêve.

Deuxième poème: Mes forêts (2)

Deuxième « poème cadre » du recueil. Sept strophes débutant de la même manière que le premier poème cadre. Ici Hélène Dorion utilise le blanc typographique dans trois des sept strophes. Hélène Dorion mentionne les animaux de la forêt: lièvres, renards, insectes, coyote, ours, sittelle, geai, mésange… La contemplation de la forêt semble devenir beaucoup plus vivante.

Deuxième partie: Une chute de galets

Long poème de 96 vers libres. Hélène Dorion répète les deux premiers vers « C’est le bruit du monde/ l’écoulement du temps » comme un refrain. Elle utilise sa page pour nous dessiner un instant fugace, presque comme le faisait Apollinaire dans ses Calligrammes. On note à nouveau l’utilisation du blanc typographique de manière sporadique. Les mots se détachent les uns les autres et forment un tas – de galets- entassé sans article, sans construction syntaxique.

Hélène Dorion accorde ici une place importante à l’ouïe, notamment avec l’impératif « écoute », lui aussi répété à plusieurs reprises, mais aussi lorsqu’elle évoque les sirènes et les klaxons des villes.

Troisième poème: Mes forêts (3)

Cinq strophes et un vers composent le troisième poème cadre de Mes Forêts. Ici Hélène Dorion fait le rythme s’accélérer et le suspens régner. L’autrice évoque la nuit et les « bêtes » qui sortent pour se nourrir. C’est véritablement l’élément nocturne qui est décrit dans ce poème. Hélène Dorion évoque aussi les réseaux sociaux et les écrans qui montrent les forets mais qui ne permettent pas de « vraiment » les regarder. L’urgence de regarder lentement se fait sentir.

Fiche de lecture Mes forêts Hélène Dorion

Troisième partie: L’onde du chaos

30 poèmes, non titrés, de 6 à 37 vers libres.

Il souffle mille voix de vent…

Poème évoquant l’urgence climatique. La poétesse se demande où ira l’homme lorsqu’il aura détruit la nature. Hélène Dorion évoque les « catastrophes » et « nos indifférences » face à l’urgence. Tournure impersonnelle du « Il » qui reviendra dans la section.

Rêve t-elle d’autres saisons…

Ici l’autrice personnifie la forêt. Le ton est plus nostalgique, comme on peut le voir avec les termes « vestiges », « espoir ».

Le jeune érable frémit…

Hélène Dorion parle d’une tempête dans une forêt. L’autrice semble troublée par la tempête.

Les arbres mordent le sol…

Hélène Dorion compare les racines des arbres à des corps.

Il fait un temps de bourrasques et de cicatrices…

Ici la poétesse évoque à nouveau les catastrophes naturelles. Ambiance de fin des temps dans le dernier vers « la nuit approche ».

Entre mes doigts…

Hélène Dorion compare sa vie à un petit bout d’écorce d’arbre. Elle évoque « les ruines » et explique « qu’on a tout raté ».

Les alertes du matin résonnent…

Poème sur les alarmes réveils des téléphones portables.

Comme roulent les galets…

Ici Hélène Dorion parle du vide et de l’abîme.

Il fait un temps de foudre…

A nouveau un poème sur la tempête et le chaos provoqué par cette dernière. La tonalité est véritablement catastrophique: « guerre », famines », etc. Hélène Dorion dénonce notre inaction face aux catastrophes que l’on voit sur nos écrans.

Je n’ai rien déposé…

Hélène Dorion prend la première personne pour parler de la façon dont elle envisageait la nature.

A la table du silence…

Hélène Dorion imagine qu’elle est une petite branche dans un arbre pour montrer à quel point la vie humaine est fragile.

Parfois je sarcle le sol…

Hélène Dorion explique à quel point la nature l’aide dans sa vie de tous les jours.

Tu t’arrêtes…

Dans ce poème, Hélène Dorion imagine que les chagrins de la vie qu’on peut regarder passer devant nous telles des branches dans les arbres.

Il fait un temps d’insectes affairés…

Ici la poétesse évoque les noms des fichiers numériques, plus incongrus les uns que les autres. On note la sonorité de ces noms de fichiers en se rappelant que ce recueil doit être lu à voix haute. Le vide interne provoqué par nos vies en lignes est dénoncé ici.

Je m’incline souvent…

Dans ce poème Hélène Dorion rappelle à quel point un arbre peut être modeste.

Je marche entre mes ombres…

Poème très court dans lequel Hélène Dorion relate une marche dans la neige.

Nos matins de brume comme…

Hélène Dorion décrit un matin brumeux et utilise le pronom personnel « nous ».

Nous sommes debout…

L’autrice utilise à nouveau le pronom personnel « nous » et invoque le pouvoir de la mémoire.

Je n’entends pas le loup…

Hélène Dorion décrit le hurlement d’un loup dans la forêt.

Il fait taches de brouillard…

Hélène Dorion décrit la mélancolie ambiante qui l’envahit.

Les jours tombent comme…

Hélène Dorion compare le passage du temps aux forêts qu’on abat.

L’herbe ne va nulle part…

Hélène Dorion décrit un rayon de lumière qui fera éclore le bourgeon d’un arbre. L’autrice évoque les « erreurs de l’enfance ».

Ce sera comme un souvenir…

Poème sur les souvenirs et l’espoir.

Le chemin qui monte vers toi…

Poème d’amour et de désir.

Il fait rage virale…

A nouveau un poème sur les écrans et la viralité sur les réseaux sociaux. Hélène Dorion tente d’analyser la haine sur les réseaux sociaux.

On dirait une silhouette mystérieuse…

Poème sur l’écriture qui donne un poème.

Autour de moi les notes…

Hélène Dorion décrit les feuilles de l’arbre lors d’une ballade.

La neige a cessé de fondre…

Poème sur le renouveau crée par la fonte des neiges dans la rue quand les températures se réchauffent. Hélène Dorion évoque les oiseaux migrateurs.

Tu pousses la porte du temps…

La poétesse évoque les souvenirs que provoquent l’écriture d’un poème.

Quatrième poème: Mes forêts (4)

Onze strophes composent le quatrième poème cadre de Mes Forets. Ici Hélène Dorion donne véritablement vie aux forêts- ces dernières parlent, touchent, « racontent une histoire ».

Quatrième partie: Le bruissement du temps

Dernière partie du recueil composée de trois poèmes, Avant l’aube, Avant l’horizon et Avant la nuit.

Avant l’aube:

82 vers libres. Dans ce poème, Hélène Dorion relate un ancien temps, un « commencement ». La poétesse présente ici une Genèse et cite des dieux grecs et orientaux. Hélène Dorion parle d’un « magma » créateur. L’autrice termine son poème en nommant les scientifiques qui ont marqué leurs temps.

Avant l’horizon:

Ici la poétesse relate la vie sur Terre et l’occupation humaine. Hélène Dorion relate ici une histoire de l’Humanité.

Avant la nuit:

Ici la poétesse relate des souvenirs d’enfant. Hélène Dorion termine son poème par des références littéraires comme Dante ou Henry David Thoreau.

Cinquième poème: Mes forêts (5)

31 vers libres pour ce dernier poème cadre de Mes Forets. Dernière « variation » sur le thème qui clôt le recueil.

Fiche de lecture Mes forêts Hélène Dorion

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches