Image Fiche de lecture
Fiche de lecture Les Fables Livre VII à IX, La Fontaine, 1678

Fiche de Lecture Les Fables Livre VII à IX, La Fontaine, 1678

 

Fiche de Lecture Les Fables de La Fontaine complète rédigée par un enseignant certifié membre du jury du baccalauréat 2023. Résumé fable après fable, fiche de lecture Les Fables Livre VII à IX, La Fontaine, 1678.

11 pages

 

Plan de la fiche:
I Présentation de l’auteur
II Contexte de l’oeuvre
III Découpage
IV Résumé détaillé
V Thèmes importants
VI Conclusion

I Présentation de l’auteur:

Jean de la Fontaine est un auteur français né en 1621. Sa famille est d’origine bourgeoise. Il apprend le latin et le grec au collège et au lycée. Il s’intéresse à la théologie et apprend le droit. Il se nourrit de Rabelais et de Marot pour ses contes. Jean de la Fontaine écrit des adaptations de pièces latines et revisite Platon. Il fréquente un cercle de jeunes poètes: les Chevaliers de la table ronde. A Paris, il fréquente les milieux libertins et précieux. Il connait bien le milieu bourgeois, les petites gens, et aussi la vie rustique. En 1654, sa première comédie en vers, L’Eunuque, est publiée. S’il n’est pas encore connu à l’âge de 37 ans, le succès arrive enfin. Il fréquente Fouquet, que le roi Louis XIV emprisonnera pour avoir tenté de construire un chateau aussi beau que celui de Versailles. Il meurt en 1695.

II Contexte de l’oeuvre:

Louis XIV règne en France pendant le succès de La Fontaine. Son règne ira de 1661 à 1715. Le roi est un monarque absolu: il contrôle tout ce qui se fait en terme d’arts et de spectacle. Il faut être son protégé: La Fontaine écrira longtemps avant d’arriver à obtenir les grâces du roi.

III Découpage:

Livre VII: 17 Fables

Livre VIII: 26 Fables

Livre IX: 19 Fables

Livre X: 16 Fables

Livre XI: 9 Fables

IV Résumé détaillé:

Livre VII

Les Animaux malades de la peste: la maladie de la peste ravage les animaux. Un animal doit se sacrifier pour sauver les autres Le lion décide d’agir: il se sacrifiera pour les siens. Le renard l’en empêche. L’âne explique qu’il a mangé de l’herbe un jour où cela lui était interdit. Il se repentira de son aveu: les autres animaux décident que ce sera lui qui sera tué.

Le Mal Marié: le narrateur parle à la première personne (étonnant pour La Fontaine). Un homme explique qu’il préfère rester seul que mal accompagné.

Le Rat qui s’est retiré du monde: un rat s’est retiré dans une fromage pour vivre tranquillement.

Le héron: un héron habite près d’une rivière. Il fait le difficile et refuse de manger ce qui se présente à lui. Il le regrette à la fin de la fable.

La Fille: même thème que le héron, c’est une jeune fille qui refuse prétendant après prétendant que nous rencontrons ici. Elle finit par épouser un malotru.

Les Souhaits: il ne sert à rien d’espérer la richesse, la sagesse est le meilleur souhait possible.

La Cour du Lion: à la Cour du Lion, chaque animal représente un type de courtisan à la Cour de Versailles. Leur manque de sincérité fera leur perte.

Les Vautours et les Pigeons: les vautours se battent pour déguster le cadavre d’un chien. Les pigeons les aident à faire la paix entre eux.

Le Coche et la Mouche: six chevaux traînent une roulotte. Comme elle pique les chevaux, ils avancent plus vite à grimper une pente.

La Laitière et le Pot au lait: alors qu’elle ne cesse de penser à tout ce qu’elle achètera après avoir vendu son lait au marché, Perrette le fait tomber et tout se répand par terre. Elle ne pourra donc rien avoir.

Le Curé et le Mort: un curé comte sur les recettes d’un enterrement pour se payer une bouteille. Alors qu’il marche avec le cortège vers l’église, les roues du cercueil s’emballent et dévalent la pente. Même morale que La laitière et le pot de lait.

L’Homme qui court après la fortune et l’Homme qui l’attend dans son lit: un homme cherche à faire fortune et se rend à la Cour du roi de France et voyage au bout du monde pour chercher fortune. Il finit par rentrer chez lui où se dit qu’il fera comme son ami, rester au lit.

Les Deux Coqs: deux coqs se disputent une poule.

L’Ingratitude et l’injustice des Hommes envers la Fortune: un marin s’enrichit en faisant du commerce. Mais la Fortune ne dure pas et il perd tout son argent.

Les Devineresses: l’auteur fait le portrait d’une femme qui dit la bonne aventure.

Le Chat, la Belette et le Petit Lapin: une belette vole le terrier d’un lapin. La belette refuse de rendre le terrier du lapin quand il revient chez lui. Pour les mettre d’accord, un chat intervient et les mange tous les deux.

La tête et la queue du Serpent: le poète se demande qui de la tête ou de la queue du serpent est arrivée la première.

Un animal dans la Lune: le poète se demande quel animal arrive t-on à voir dans le relief de la Lune la nuit.

Livre VIII

La Mort et le mourant: un homme de l’âge de cent ans se plaint que la mort n’arrive pas assez vite.

Le Savetier et le Financier: un financier donne de l’argent à un savetier qui n’a pas l’habitude de beaucoup en gagner. Il est si peu habitué à être riche qu’il finit par rendre l’argent: il préférait sa vie d’avant.

Le Lion, le Loup et le Renard: ici le poète raille les courtisans de la Cour de Louis XIV. Les animaux, comme les courtisans du Roi, se battent les uns avec les autres pour obtenir les faveurs du souverain.

Le Pouvoir des fables: le poète regrette la mésentente entre Louis XIV et le roi d’Angleterre. Il rappelle que les Fables sont faites pour adoucir les moeurs.

L’Homme et la Puce: les moyens que l’on emploie à résoudre des problèmes sont souvent disproportionnés.

Les Femmes et le Secret: un homme accouche d’un oeuf et demande à sa femme de garder le secret. Elle n’y arrive pas et répète tout à sa voisine. A la fin de la journée, tout le village connaît la nouvelle.

Le Chien qui porte à son cou le dîner de son maître: fable en deux parties. La première raconte l’histoire d’un chien qui se fait attaquer par d’autres alors qu’il transporte le dîner de son maître. Il finit par se servir le premier. La deuxième partie raconte l’histoire d’un homme honnête qui vit dans une ville où tous sont corrompus. Comme les autres le raillent il finit par voler les recettes de la ville lui aussi.

Le Rieur et les Poissons: un homme fait mine de parler à des poissons pour faire rire l’assemblée.

Le Rat et l’Huître: une huître se referme sur un rat qui s’apprêtait à la manger.

L’Ours et l’Amateur des jardins: un homme et un ours sympathisent et finissent par vivre ensemble. Une mouche se pose sur le nez de l’homme alors qu’il dort, et l’ours souhaite la faire partir. Il fracasse donc la tête de l’homme avec une pierre.

Les Deux Amis: un homme court chez son ami car il a rêvé que ce dernier était triste.

Le Cochon, la Chèvre et le Mouton: les trois animaux sont amenés ensemble à la foire. Le cochon sait qu’on va le tuer et avertit ses camarades qui ne se doutent de rien.

Tirais et Amarante: dialogue entre deux muses sur l’amour.

Les Obsèques de la lionne: quand la reine des animaux meurt, tous viennent rendre visite au lion. Le cerf n’est pas triste car la lionne a mangé sa famille. On lui reproche de ne rien dire. Il finit par flatter le lion qui décide finalement de ne pas le tuer. Fable sur la cour et les compliments que les courtisant font au monarques pour obtenir ce qu’ils veulent.

Le Rat et l’Eléphant: un rat souhaite être aussi gros qu’un éléphant et revendique être aussi imposant que lui. Mais le chat mange le rat et il regrette d’avoir été si vaniteux.

L’Horoscope: il ne sert à rien de croire aux diseuses de bonne aventure. Un homme surprotège son fils car une bohémienne lui a dit qu’il mourrait jeune. Le jeune homme meurt tout de même.

L’Ane et le chien: un âne refuse d’aider un chien dans le besoin. Un loup arrive et les mange tous les deux.

Le Bassa et le Marchand: un grec refuse de s’être mis sous la protection de trois petits seigneurs au lieu d’un seul grand seigneur.

L’Avantage de la science: lorsqu’une guerre éclate, un homme pauvre mais habile arrive à se relever alors qu’un riche mais sot a tout perdu.

Jupiter et les tonnerres: Jupiter se venge des autres dieux.

Le Faucon et le Chapon: un faucon essaie de persuader un chapon (sort de grosse dinde) de fuir car il va être mangé.

Le Chat et le Rat: un chat se fait faire prisonnier. Un rat refuse de l’aider à sortir des filets.

Le Torrent et la Rivière: un homme pense traverser une rivière et se retrouve en fait face à un torrent.

L’Education: Laridon et César sont deux chiens qui n’auront pas le même destin.

Les Deux Chiens et l’Ane mort: deux chiens meurent après avoir bu trop d’eau.

Démocrite et les Abdéritains: Démocrite est le seul sage de son peuple.

Le Loup et le Chasseur: un loup dévore un chasseur qui vient de tuer trois proies.

Livre IX

Le Dépositaire infidèle: le poète rend hommage aux poètes qui l’inspirent pour ses Fables. Ainsi, un homme ne retrouve pas un fer qu’il a laissé chez un marchand après un voyage. L’homme dit qu’un rat a mangé le fer.

Les Deux Pigeons: Deux pigeons se séparent et l’un meurt sous les pierres d’un enfant.

Le Singe et le Léopard: un singe et un léopard se disputent pour attirer des passants lors d’une foire.

Le Gland et la Citrouille: un fermier se plaint que les glands ne sont pas aussi gros que les citrouilles. Quand il s’assoupit au pied d’un arbre, un gland tombe et le blesse au nez. Il se dit que la nature est bien faite et qu’il est finalement préférable que le gland ne soit pas aussi lourd qu’une citrouille.

L’Ecolier, le Pédant et le Maître d’un jardin: un maître va se plaindre à un maître d’école qu’un de ses écoliers a abîmé l’un des arbres de son verger.

Le Statuaire et la Statue de Jupiter: un sculpteur réalise la statue de Jupiter.

La Souris métamorphosée en fille: un sorcier transforme une souris en jeune fille.

Le Fou qui vend la Sagesse: le poète rappelle qu’il ne fait pas faire confiance aux fous.

L’huître et les plaideurs: deux pèlerins se disputent une huître trouvée sur la plage. Perrin arrive et dévore l’huître pour les mettre d’accord.

Le Loup et le Chien maigre: un Chien tente d’échapper à un loup en lui disant qu’ile st trop maigre pour être mangé. Le loup attend et finit par le dévorer.

Rien de trop: la nature est bien faite et rien ne se gâche.

Le Cierge: histoire de comment le miel fut transformé en cire.

Jupiter et le Passager: un marin sort vivant d’une tempête et remercie Jupiter.

Le Chat et le Renard: un chat et un renard se disputent pour savoir qui est le plus malin. Le chat grimpe à l’arbre et le renard se fait manger par des chiens.

Le Mari, la Femme et le Voleur: un mari et sa femme se font voler la nuit. Le mari dit au voleur qu’il peut tout prendre, sauf sa femme car il l’aime énormément.

Le Trésor et les Deux Hommes: un homme cherche à se pendre. Il s’accroche donc à une branche près d’une maison qui s’écroule quand il attache son cou au fil. Un trésor apparaît et il l’emporte. Un second homme arrive, cherche son trésor, et comme il ne le trouve pas, se pend.

Le Singe et le Chat: Bertrand est le singe, Raton est le Chat. Bertrand demande au chat d’attraper des marrons qui cuisent dans la cendre d’un feu. Le chat s’exécute et le singe décore les marrons.

Le Milan et le Rossignol: un milan (gros oiseau) mange un rossignol, même si ce dernier le supplie de ne pas le manger car il chantera pour lui.

Le berger et son troupeau: un berger se plaint que même l’ombre du loup fait fuir ses moutons.

Discours à Madame de La Sablière: long poème dans lequel le poète explique pourquoi il prend des animaux comme exemples de ses fables.

Livre X

Les deux rats, le renard et l’oeuf: deux rats trouvent un oeuf. Un renard arrive et tente de voler l’oeuf.

L’homme et la couleuvre: un homme trouve une couleuvre, la met dans un sac et demande à une vache s’il doit la tuer.

La tortue et les deux canards: une tortue veux voyager. Deux canards se proposent de la soulever et de la faire voler. Mais ils la lâchent trop brutalement et elle meurt écrasée sur le sol.

Les Poissons et le Cormoran: un cormoran devient vieux et demande à une écrevisse d’aller avertir les poissons de son étang qu’ils devront se laisser manger.

L’Enfouisseur et son compère: deux hommes enfouissent le trésor de l’un des deux. L’autre le vole.

Le Loup et les bergers: un loup se plaint d’être toujours chassé et mal considéré par les hommes.

L’Araignée et l’Hirondelle: une hirondelle détruit une toile d’araignée.

La Perdrix et les Coqs: une perdrix se plaint aux coqs de la basse-coure des mauvais traitements qu’on lui inflige.

Le Chien à qui on a coupé les oreilles: un maître à, coupé le bout des oreilles de son chien qui s’en plaint.

(Suite)

Le Berger et le Roi: un berger se voit confier de plus grandes responsabilités par le roi.

Les Poissons et le Berger qui joue de la flute: un berger joue de la flute à des poisson pour les attirer dans ses filets.

Les Deux perroquets, le Roi et son fils: un roi crève les yeux d’un perroquet.

La Lionne et l’Ourse: la lionne crie au désespoir d’avoir perdu son lionceau.

Les Deux Aventuriers et le Talisman: un aventurier meurt après avoir été trop orgueilleux.

Discours à Monsieur le Duc de La Rochefoucault: le poète explique que les hommes se comportent souvent comme des animaux- c’est pour cela que son rôle est d’en faire des fables.

Le Marchand, le Gentilhomme, le Pâtre et le Fils de roi: les quatre amis se disputent pour savoir qui fera à manger.

Livre XI

Le Lion: un lionceau naît. Ses voisins ne craignent pas pour leur vie jusqu’à ce qu’il grandisse et effraie ses congénères.

Les Dieux voulant instruire un fils de Jupiter: chaque Dieu de l’Olympe souhaite apprendre quelque chose à un des fils de Jupiter.

Le Fermier, le Chien et le Renard: un loup et un renard cherchent à voler ses poules à un fermier. Le fermier tente de faire garder le poulailler à son chien mais cela échoue. Morale: on est jamais mieux servi que par soi-même, le fermier aurait du garder son poulailler lui-même.

Le Songe d’un habitant du Mogol: un vizir et un ermite vivent côte à côte. Sans le savoir, chacun envie l’autre.

Le Lion, le Singe et les Deux Anes: un singe et deux ânes sont appelés par un lion pour faire l’éducation de celui-ci.

Le Loup et le Renard: un renard tombe dans un puits emporté par un seau. Un loup passe  par là et descend par l’autre seau, qui fait remonter le renard.

Le Paysan du Danube: dans un pays imaginé par l’auteur, un paysan vient se plaindre des abus du roi. Critique implicite de la monarchie absolue.

Le Vieillard et les Trois Jeunes Hommes: trois jeunes garçons se moquent d’un vieillard qui plante des arbres. Ils décèdent coup sur coup tous les trois peu après.

Les Souris et le Chat-Huant: un hibou nourrit des souris avant de les manger.

V Thèmes importants:

Le schéma des Fables est toujours le même: l’exposition est toujours brève. Le poète évoque le décor puis nous présente les personnages. Leur caractère se dessine rapidement: dès l’exposition le problème est posé. L’action est quant à elle toujours vivante, elle est au présent, les personnages font des gestes, ont des attitudes suggérés plutôt que peints.

Les animaux: depuis leur sortie, les lecteurs n’ont cessé de vérifier les erreurs qu’avait commis La Fontaine dans ses Fables. En effet, la cigale ne mange pas ni mouche ni vermisseaux, elle ne chante pas et ne meurt pas avant l’hiver, etc.

Or retranscrire fidèlement les caractères des animaux n’est pas du tout le but de La Fontaine qui n’ignorait rien de ces erreurs- mais comme il les trouve chez ses contemporains, il les utilise pour critiquer ses contemporains.

Les hommes: c’est sur eux que porte essentiellement l’observation de La Fontaine. Ces historiettes sont des pages d’étude de véritable psychologie humaine. Les Fables sont une enquête, à la manière de Molière et de Racine, sur les comportements humains.

De plus, certaines fables visent ainsi directement les hommes du XVII ème siècle. Ainsi le Roi est souvent le lion. C’est par exemple la cour qui est représentée sous les traits de la vaniteuse grenouille.

Les personnages, hommes ou animaux, ne sont pas des allégories des vice et de la vertu, ils ont juste des exemples de situations concrètes que le lecteur peut ensuite appliquer à sa propre vie. La Fontaine se montre comme l’héritier d’Esope (fabuliste antique) dès la préface des Fables: « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes », écrit-il.

VI Conclusion:

« L’apologue est constitué de deux parties… Le corps est la fable, l’âme la moralité.» (Préface des Fables). C’est l’art du conteur qui lui permet de se détacher de l’héritage strict de Phèdre et d’Esope. Il égaye, donne du charme à ses animaux, même s’ils sont dangereux (Le Loup et l’agneau) et que la fable est cruelle.

L’aspect théâtral est aussi très présent: le lecteur assiste à de petites saynètes nourries par l’incursion du discours direct dans le texte. La Fontaine conte pour le plaisir de conter, plutôt que de donner une leçon de morale. Ayant puisé dans le fonds traditionnel des sujets antiques, La Fontaine crée en faisant appel à son observation. Le moraliste s’intéresse ainsi à l’homme, et ses récits se concentrent (sans anachronisme) à des revendications plus sociales que distrayantes.

« Mon principal but est toujours de plaire » (Préface de Psyché, 1669): il retranche, amplifie, coupe, change les protagonistes et les circonstances, chaque fable est un cas particulier à prendre de manière individuelle. D’un apologue sec et incolore, La Fontaine tire un récit pittoresque réaliste et émouvant par tout ce qu’il contient d’observation et de vérité humaine. On touche lors à la peinture morale.

 

11 pages tapées à l’ordinateur = 22 pages si vous décidez de recopier votre devoir à la main.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches