Image Fiche de lecture
Fiche de lecture La Princesse de Clèves, Madame de Lafayette, 1678

Fiche de lecture La Princesse de Clèves, Madame de Lafayette, 1678

Fiche de lecture La Princesse de Clèves complète rédigée par un enseignant certifié membre du jury du baccalauréat 2023.

Résumé partie après partie, fiche de lecture La Princesse de Clèves, Madame de Lafayette, 1678.

 

Plan de la fiche:
I Présentation de l’auteur
II Contexte de l’oeuvre
III Découpage
IV Personnages principaux
V Résumé détaillé
VI Thèmes importants
VII Citations
VIII Conclusion

I Présentation de l’auteur:

Marie-Madeleine Pioche de La Vergne est née à Paris en 1634. La jeune file reçoit une éducation très soignée par les meilleurs précepteurs. Elle fréquente les salons très jeune, et brille de son intelligence. La famille de la jeune fille est proche du cardinal de Richelieu, le plus important ministre de Louis XIII. En 1655, âgée de vingt et un ans, elle épouse le comte de La Fayette, originaire d’Auvergne. La jeune fille déménage et suit son mari. Elle est de retour à Paris en 1659 où elle se consacre à l’éducation de ses deux enfants et à la littérature.

En 1662, elle publie une nouvelle, La Princesse de Montpensier, sous le nom de Segrais. Plus tard, elle publie sous le même nom un roman précieux: Zaide. Mais c’est en 1678 que La Princesse de Clèves paraît sous son véritable nom. Elle se retire des salons et finit par décéder en 1693, à Paris.

II Contexte de l’oeuvre:

Les premières pages du roman nous indiquent que l’histoire se déroule à la cour de Henri II, en France. Henri II est le fils de François 1er, le roi de la Renaissance en France. Le roman se poursuit lors de la mort de Henri II et la quatrième partie s’ouvre sur le couronnement de son successeur, François II.

III Découpage:

Un avant propos intitulé « Le libraire au Lecteur »

Quatre parties

IV Caractéristiques des personnages principaux:

Madame de Clèves: elle est la fille de Madame de Chartres, une noble très proche du roi. Elle a seize ans lorsqu’elle est présentée à la cour pour la première fois. Elle est décrite comme étant extrêmement belle mais surtout très pure et respectueuse.

Monsieur de Clèves: le mari de Madame de Clèves, qui la courtise à la cour dès son arrivée, sans savoir son nom au début. Il l’épouse très rapidement et meurt quand il apprend que monsieur de Nemours rend visite à sa femme à Coulommiers.

Monsieur de Nemours: Monsieur de Nemours devait épouser la reine d’Angleterre lorsqu’il rencontre Madame de Clèves. Il décide de la courtiser et ira jusqu’au bout de son envie.

V Résumé détaillé:

Première partie: Le roman s’ouvre avec une description de la cour (cercle de seigneurs et de gens fortunés qui gravitent autour d’un roi) de Henri II de France, le fils de François I er. Cet environnement est décrit comme un endroit où évoluent les plus beaux hommes et les plus belles femmes de France. Néanmoins la cour apparaît aussi comme un endroit où les coups bas sont permis et où les manigances pour s’attirer les faveurs du roi sont nombreuses. Monsieur de Nemours apparaît comme étant l’un des seigneurs les plus proches du roi. Ce dernier est sur le point de lui faire rencontrer la reine d’Angleterre, afin de conclure un mariage entre ce grand seigneur et elle.

Au même moment, Madame de Chartres, parente avec le vidame de Chartres, un autre personnage important, présente sa fille, mademoiselle de Chartres, au grands seigneurs de la cour. Agée de seize ans et – par l’intermédiaire de sa mère- ayant déjà refusé de nombreuses propositions de mariage, mademoiselle de Chartres est décrite comme étant d’une beauté extraordinaire. Elle a été élevée par sa mère avec de grands principes moraux: elle est de grande vertu. Tout de suite, Monsieur de Clèves tente de la séduire. Il tente de connaître son identité et y arrive bien vite, lors d’un dîner chez Madame, soeur du roi.

Rapidement, mademoiselle de Chartres est sollicitée par les soeurs du roi, ainsi que par ses filles. Tous semblent être tombés sous son charme, sauf Madame de Valentinois, la maîtresse du roi, car elle déteste le vidame de Chartres, qui a refusé d’épouser une de ses filles. Monsieur de Guise souhaite aussi épouser Mademoiselle de Chartres.

Mademoiselle de Chartres est donc courtisée par deux hommes: Monsieur de Clèves et Monsieur de Guise. La jeune fille se rapproche de la reine Dauphine qui protège un temps la jeune fille de tous ses prétendants. Mais rien n’arrête M. De Clèves. Bientôt ce dernier courtise carrément la jeune fille et va demander sa main à sa mère. Après en avoir parlé au roi, le mariage est décidé. La cérémonie a lieu au Louvre. Si le roi et toutes les dames de la cour assistent au mariage, ce n’est pas le cas de Monsieur de Guise.

En février, mademoiselle de Chartres, devenue Madame de Clèves, se rend à un mariage entre le duc de Lorraine et Claude de France, seconde fille du roi. Le duc de Nemours est quand à lui en Belgique, pour se préparer à son mariage avec la reine d’Angleterre. Quand il apprend le mariage de la fille du roi, il se rend à la cérémonie. On a parlé de cet homme à Madame de Clèves, tant il est bien fait et courageux. Madame de Clèves et lui dansent ensemble au bal donné pour le mariage. Chacun est d’un coup frappé d’amour pour l’autre. Madame de Clèves ne peut s’empêcher de penser au duc de Nemours.

Les deux amants continuent de se voir après le mariage de Claude de France. Ils se croisent chez la reine dauphine, et Madame de Clèves s’interroge sur la fidélité dans le mariage. Madame de Chartres lui donne l’exemple du roi et de la duchesse de Valentinois. Cette dernière est entrée durablement dans le coeur du roi lorsque la duchesse d’Etampes, qui était sa favorite, l’eut trahie.

M. De Nemours est très discret et personne ne soupçonne son amour pour Madame de Clèves. Alors que Madame de Clèves et sa mère sont chez elles, elle reçoivent quelqu’un qui leur apprend qu’on parle mal du duc de Nemours chez le roi. Le duc de Nemours n’aimerait apparemment pas que la femme qu’il aime aille à un bal en son absence. Alors qu’un bal est prévu le lendemain, Madame de Clèves prétexte d’être malade pour ne pas s’y rendre.

Sa mère comprend son petit jeu et commence à avoir des soupçons sur l’amour de sa fille pour M. De Nemours. Elle lui interdit donc d’aller chez la dauphine, chez qui M. De Nemours se rend souvent. Madame de Clèves est très vexée.

Madame de Chartres tombe tout à coup très malade. Avant de mourir, elle avoue à sa fille qu’elle a deviné sa passion pour M. De Nemours. Elle l’implore de ne pas y céder et de se retirer de la cour. Madame de Chartres meurt. Madame de Tournon, une autre grande dame de la cour, meurt peu après.

Deuxième partie: Monsieur de Clèves passe du temps avec sa femme après le décès de sa mère. Il lui raconte l’histoire de son ami, M. De Sancerre. Ce dernier s’éprit de Madame de Tournon et avait décidé de l’épouser. Or Sancerre apprend que Madame de Tournon avait un autre amant. Monsieur de Clèves conseilla alors à Sancerre de rester auprès de Madame de Tournon, car comme il l’aime, il veut la protéger.

Cet aveu va droit au coeur de Madame de Clèves. Par cette anecdote, son mari lui apprend que si elle lui avouait avoir des sentiments pour un autre, il la protègerait contre tous et ne la laisserait pas tomber. Ce geste d’amour ultime montre son amour pour elle.

La mise en garde de sa mère et les conseils de Monsieur de Clèves calment un temps Madame de Clèves qui tente de ne plus penser au duc de Nemours. Mais c’est à ce moment qu’elle apprend que M. De Nemours a refusé, pour une raison que la cour ignore, d’épouser la reine d’Angleterre. Il désobéit au roi et se met dans une situation compliquée.

M. De Nemours rend visite à Madame de Clèves et avoue son amour dans une déclaration enflammée. La jeune femme ne sait que répondre. Elle tente de l’éviter au possible mais se bat contre elle-même pour ne pas céder. Madame la Dauphine raconte à  Madame de Clèves l’histoire de jeunes reines anglaises et qui ont eu la tête coupée pour avoir trahi leur roi.

Alors que la reine dauphine fait faire un petit portrait de Mme de Clèves, le duc de Nemours subtilise la peinture. Alors que Madame de Clèves a vu son portrait dérobé, M. De Nemours lui demande de ne rien dire. Elle se tait et lui laisse la permission de garder son portrait.

Un tournoi a lieu à Paris. M. De Nemours va se battre. Avant le tournoi, le roi et d’autres seigneurs jouent au jeu de paume (il s’agit de l’ancêtre du tennis). Pour ne pas blesser le roi, le duc de Nemours se laisse tomber et se blesse grièvement à cheval. Madame de Clèves est particulièrement touchée par cette chute.

Le reine dauphine done à Madame de Clèves une lettre et espère que cette dernière en identifiera le destinateur. Cette lettre est celle d’une femme qui se plaint de ne pas être aimée de l’homme qu’elle aime. Madame de Clèves pense que cet homme est M. De Nemours, et que la femme est une autre femme qu’il courtise. Or il n’en est rien et il s’agit en fait d’une lettre appartement au vidame de Chartres. L’auteur en est madame de Thémines, celle qu’il aime. Or le vidame a affirmé à la reine qu’il l’aimait et lui était fidèle. La lettre est donc la preuve de l’infidélité du vidame.

Troisième partie: le vidame avoua aussi qu’en plus de tromper la reine, il trompe madame de Thémines avec une autre, madame de Martigues. Le vidame implore le duc de Nemours de dire que la lettre lui appartient. Il lui indique aussi que quelqu’un a menti et a dit à la reine dauphine- donc à Madame de Clèves qui est sa confidente- que la lettre était tombée de sa poche et non de celle du vidame. M. De Nemours refuse de garder la lettre.

Le vidame de Chartres donne donc au duc de Nemours un billet de madame d’auboise, sur lequel il est indiqué qu’il est bien l’auteur de la lettre. En donnant ce billet à Madame de Clèves, il prouve qu’il n’est pas l’auteur de la lettre et sauve le vidame.

Le duc de Nemours avoue tout à Madame de Clèves, elle lui confie à son tour qu’elle est en possession de la lettre de Madame de Thémines. Ainsi, quand la dauphine demande à Madame de Clèves de lui donner la lettre, elle ment et accuse son mari de l’avoir. La dauphine lui demande alors de réécrire la lettre et elle en rédige une autre avec l’aide de M. de Nemours.

Madame de Clèves est très soulagée que la lettre ait appartenu au vidame et non à Monsieur De Nemours. Elle se laisse aller à ses sentiments et s’avoue à elle-même qu’elle est amoureuse de Monsieur de Nemours. Elle demande à son mari de la laisser aller à la campagne quelques jours. Elle part ainsi à Coulommiers où elle possède une maison. Monsieur de Nemours fait en sorte de ne pas se trouver loin de Coulommiers lui aussi. Là bas, il se rend chez Madame de Clèves, où il la trouve se baladant avec son mari. Les deux époux s’arrêtent en chemin. Monsieur de Nemours se cache et écoute leur conversation.

Ce qu’il entend l’étonne et le ravit. Monsieur de Clèves demande à sa femme pourquoi elle ne rejoint pas Paris. Elle lui avoue son amour pour un autre homme que lui. Monsieur de Clèves est rappelé à Paris. Ce dernier, ravi de savoir que Madame de Clèves l’aime, retourne lui aussi à Paris. Lorsqu’ils se retrouvent, Monsieur de Clèves demande à sa femme de lui donner le nom de l’homme qu’elle aime. Cette dernière refuse.

Plus tard, elle apprend par la dauphine que Monsieur de Nemours est aimé d’une femme qui a avoué à son mari qu’elle l’aimait aussi. Cette information viendrait de Monsieur de Nemours lui-même. Très affligée par cette découverte, elle se blesse dans sa robe lors d’une présentation au roi et se retire chez elle.

Arrivée en sa demeure, elle accuse son mari d’avoir révélé la confidence. Elle lui avoue qu’il s’agit de M. De Nemours, qui sait donc que Monsieur de Clèves sait qu’elle l’aime.

Madame, la soeur du roi, va se fiancer. Madame de Clèves et Monsieur de Nemours cachent leur tristesse commune pendant les jours qui suivent. On fait un tournoi pour célébrer les fiançailles. Le roi se blesse lors du tournoi.

Quatrième partie: Les blessures du roi sont trop grandes et le souverain ne survit pas au tournoi. Madame de Valentinois est chassée de la cour. Madame de Clèves est au plus mal car toute la cour sait qu’elle aime Monsieur de Nemours et qu’elle l’a avoué à son mari. Elle se rend à nouveau à Coulommiers pour se reposer quelques jours. Elle n’assiste pas au sacre du roi suivant à Reims, François II.

Monsieur de Nemours tente de se rendre à Coulommiers mais Monsieur de Clèves s’en doute. Il engage donc un homme pour suivre Monsieur de Nemours qui se rend bien au pavillon. Il observe Madame de Clèves et lors d’une visite avec sa soeur qui n’habite pas loin, il lui avoue l’observer le soir. Le gentilhomme répète tout à Monsieur de Clèves.

Quand ce dernier l’apprend, il meurt de chagrin. Monsieur de Nemours apprend que Monsieur de Clèves est mort à cause de lui. Madame de Clèves est affligée par le chagrin. Néanmoins, Monsieur de Nemours demande la main de cette dernière au vidame de Chartre, qui est son oncle. Alors que Monsieur de Nemours et Madame de Clèves peuvent enfin se parler librement, il apprend à la jeune femme comment il a apprit sa confidence au pavillon. Monsieur de Nemours se jette à ses pieds et l’implore de l’aimer. Elle se refuse à lui et lui dit qu’il ne serait pas digne qu’elle l’aime à présent.

Le refus de Madame de Clèves d’épouser Monsieur de Nemours est clair. Elle se retire au couvent et refuse les visites de Monsieur de Nemours. La passion de l’homme s’éteint peu à peu et elle finit par décéder seule.

VI  Thèmes importants:

La préciosité est sans soute le thème le plus important de cette oeuvre. On entend par préciosité l’examen le plus précis possible des sentiments tout en laissant voir la sobriété du début du classicisme. Les récits secondaires s’imbriquent sur une intrigue centrale relativement simple.

L’auteur nous plonge dans l’ambiance des salons de discussion de l’époque: nous sommes nous aussi conviés à donner notre avis sur les affaires de la cour. La psychologie des personnages a rarement été aussi finement montrée en littérature avant La Princesse de Clèves.

Le traitement de la langue fait aussi de ce texte un témoignage de son époque: adjectifs en -able, propositions subordonnées circonstancielles, imparfait du subjonctif ne doivent pas rendre le récit hermétique.

VII Citations:

« Vous m’avez donné de la passion dès le premier moment que je vous ai vue ; vos rigueurs et votre possession n’ont pu l’éteindre : elle dure encore : je n’ai jamais pu vous donner de l’amour, et je vois que vous craignez d’en avoir pour un autre. Et qui est-il, madame, cet homme heureux qui vous donne cette crainte ? depuis quand vous plaît-il ? qu’a-t-il fait pour vous plaire ? quel chemin a-t-il trouvé pour aller à votre cœur ? »

Nous avons ici un exemple du langage précieux utilisé dans le roman, ainsi que l’intrigue amoureuse qui sous-tend l’oeuvre.

VIII Conclusion:

L’analyse des sentiments est portée à son paroxysme dans La Princesse de Clèves. Véritable roman d’analyse, l’action se déroule dans un cadre historique fort- c’est le double intérêt de cette oeuvre qui peut apparaître comme un témoignage d’une époque fastueuse au royaume de France. C’est enfin un modèle de pureté qui est montré ici et qui influencera le théâtre et les tragédies de Corneille et Racine dans les années qui suivront.

8 pages tapées à l’ordinateur = 16 pages si vous décidez de recopier votre devoir à la main.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches