Image étude linéaire Baccalauréat
Ecole des Femmes incipit

Ecole des Femmes incipit

Ne pas oublier de rajouter le numéro des lignes pour les citations du texte.

Etude linéaire de « Je sais les tours rusés… » à « …Sans penser le faire», extrait de l’Acte I scène 1 de L’Ecole des femmes, de Molière, 1662.

Plan:

1 er Mouvement: La femme idéale d’Arnolphe

2 ème Mouvement: La réponse de Chrysalde

Le XVII ème est celui des monarchies absolutistes en Europe. En effet, les souverains justifient leurs puissances en se disant être les représentants de Dieu sur Terre. Dans le même temps, en France, la langue française se stabilise. C’est le temps de la naissance des dictionnaires et des grammaires. Afin de fixer les règles du français contre le latin, la littérature se fera avant tout morale. De 1660 à 1685, le classicisme se posera comme le mouvement littéraire ayant ce projet. Représenté par La Fontaine, Molière, Perrault ou Boileau, les pièces ou fables classiques respecteront des règles très précises. Si Molière vise des traits de caractère, (L’Avare, Le Misanthrope), une de ses cibles favorites sont les pédants. Ils seront l’une des cibles favorites de Molière dans L’Ecole des femmes. Dans l’acte I scène I, l’auteur nous présente les personnages et les ressorts de l’intrigue de façon tout à fait originale. Alors, à quoi tient cette originalité? En quoi cette scène d’exposition nous présente t-elle les personnages et l’intrigue à venir? Afin de répondre à ce projet de lecture, nous analyserons ce texte en deux mouvements distincts. Le premier ira de la ligne 1 à la ligne 30, et nous montrera les idées préconçues qu’Arnolphe se fait des femmes. Le deuxième mouvement ira de la ligne 30 à la fin et montrera comment Chrysalde répond t-il à son ami.

1 er Mouvement: La femme idéale d’Arnolphe

  • Le premier vers de la tirade d’Arnolphe le montre comme très sur de lui. En effet, le COD « les tours rusés et les subtiles trames » complète le verbe « sais » de la ligne 1.
  • Néanmoins, la subordonnée relative qui constitue le vers 2 complète le nom « trames » de la ligne 1. La métaphore de la trame plantée est une périphrase pour dénoncer les séductions que les femmes peuvent faire aux hommes.
  • La ligne 3 nous montre l’attribut « dupé par leurs dextérité » montre qu’Arnolphe a une vision péjorative des femmes, qu’il considère comme des enchanteresses qui lui jetterait un sort, ou des « dextérités ».
  • Arnolphe sait se protéger. Le vers 4 constitue un groupe prépositionnel qui continent lui aussi une métaphore: il se croit protégé par ses actions.
  • La conjonction de coordination « Et » ouvre le vers 5 et nous décrit la femme qui lui est promise. Cette dernière a « toute l’innocence », ce groupe adverbial forme une hyperbole qui se prolonge sur le vers 5.
  • En effet, la subordonnée relative « qui peut sauver mon front de maligne influence » complète le nom « innocence », permettant une rime riche. On remarque aussi que l’homme utilise un lexique du démon, de la perfidie féminine quand il désigne leur « maligne influence ».
  • La réponse de Chrysalde se manifeste comme une question, interrompue par Arnolphe qui reprend la parole au vers 8. L’interruption de Chrysalde se manifeste par des points de suspension.
  • L’infinitif qu’utilise Arnolphe au vers 8 lui permet de généraliser. L’attribut « pour n’être point sot » reprend sous la forme d’un parallélisme l’adjectif « sotte » au féminin, et « sot » au masculin.
  • Le lexique de la religion va dominer les répliques suivantes « chrétien », et « sage »  ligne 9, mais aussi « présage » ligne 10.
  • Arnolphe se présente comme un homme qui connais « certaines gens » et il se trouve bine conseillé. On remarque qu’il reste très évasif et ne donne pas de noms, pas de preuves concrètes. L’homme ne se base que sur des « on dit », sur des anecdotes, sur les « talents » qu’ont utilisé les hommes. Ces « talents » désignent à nouveau par la périphrase les jeux de séduction que les hommes qu’Arnolphe connait.
  • Arnolphe multiplie les pronoms personnels de la première personne: « Moi », « J’ ». Il désigne sa future femme par le groupe nominal « une spirituelle », qui fonctionne comme une antonomase.
  • La subordonnée relative qui suit complète ce nom « spirituelle » et décrit la femme qu’aimerait Arnolphe. On remarque qu’il utilise du conditionnel dans le verbe « parlerait ». Le « cercle » serait peut-être le tour du rouet qui file la laine, ce qui voudrait dire que la femme qu’aimerait Arnolphe ne serait concernée que par les travaux pratiques, par les activités manuelles. On constate ces activités contrastent avec la « spiritualité » qui la désignerait aussi. Le nom « spirituelle » prend donc un tour péjoratif, négatif. Arnolphe se moque déjà de sa future femme. De plus « la ruelle » désigne l’espace entre le lit et la fenêtre, et si Arnolphe souhaite que sa femme ne parle que de leur lit, on se doute que ses intentions envers elle sont fort peu galantes.
  • Arnolphe continue la description de sa dame quand il décrit ses occupations: cette dernière est autorisée à rédiger des « vers » et de « doux écrits », c’est à dire que des textes courts et uniquement destinés à Arnolphe.
  • Il s’imagine aussi sa femme comme une façon d’être représenté socialement, quand il imagine les « marquis » et les « beaux esprits » qui leur rendraient visite.
  • Arnolphe se pose une question rhétorique à lui même dans les vers 18 et 19. Cette interrogative partielle n’attend pas de réponse.
  • Il y répond tout de même par la négation « Non » répétée à deux reprises.
  • Arnolphe ne veut pas d’une écrivaine, qu’il désigne par la périphrase « femme qui compose », tout en s’exprimant au présent de vérité générale.
  • Il espère que sa future femme « ne saura même pas ce qu’est qu’une rime », on remarque la place de l’adverbe « même » entre le verbe et son COD, ce qui met l’adverbe en valeur.
  • Dans les lignes suivantes, Arnolphe joue tour à tour son rôle et celui de sa future femme en nous laissant voir un dialogue qu’il a crée de toute pièce. Il s’imagine déjà ridiculiser sa femme en lui prêtant une réponse des plus étonnante « Une tarte à la crème ». Ici le comique se fait de situation et de geste si on imagine la scène.
  • Il termine le portait de sa femme idéale par une énumération des actions que doit savoir faire sa femme: « prier Dieu, m’aimer, coudre et filer ».

2 ème Mouvement: La réponse de Chrysalde

  • Chrysalde rebondit sur ce que vient de dire Arnolphe à la ligne 31 par une interrogative totale affirmée par l’adverbe « donc ».
  • Arnolphe lui répond dans le parallélisme « bien sotte » de la ligne 32 et « belle avec beaucoup d’esprit » dans la ligne 33.
  • Les deux hommes complètent leurs réponses mutuelles: le passage d’une réplique à l’autre se fait à l’hémistiche du vers qui se prolonge des vers 34 à 35.
  • Chrysalde tente de prendre Arnolphe à son propre jeu grâce à l’interrogative portant sur l’adjectif « honnête ».
  • Chrysalde désigne la future femme d’Arnolphe comme « une bête » à la ligne 39 pour montrer à son ami à quel point ce terme peut être méprisant.
  • Le jeune homme insiste grâce à une question partielle portant sur l’idée de son ami la ligne 41.
  • A la ligne 42, il s’exprime au présent de vérité générale: « peut trahir ».
  • Avec le parallélisme des lignes 44 et 45, Chrysalde montre que la rhétorique d’Arnolphe n’a pas de sens et que son ami se fourvoie: « sans en avoir eu l’envie » et « sans penser le faire ».

Dans l’Acte I scène 1 de L’Ecole des Femmes, Molière nous présente deux personnages hauts en couleurs, et nous indique déjà les ressorts de l’intrigue. Si elle peut apparaître comme une pure comédie, L’Ecole des Femmes est aussi une pièce à propos d’un homme qui aime et qui cherche à séduire. Le comique n’est pas le même que dans Le Misanthrope ou L’Avare, où nous ne ressentons aucune compassion pour le personnage principal. Le thème reste universel- Molière ne vise pas un « type » en particulier.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches