Image étude linéaire Baccalauréat
Cyrano Acte 1 scène 10 Etude linéaire

Ne pas oublier de rajouter le numéro des lignes pour les citations du texte.

Etude linéaire

« Oui, j’ai certain esprit facile et militaire» à «  Ah! Mon ami!»

 Extrait de l’acte I scène 10 de Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, 1897.

Plan détaillé:

1er Mouvement: Cyrano et Christian, deux êtres fondamentalement opposés

2 ème Mouvement: La proposition de Cyrano

3 ème Mouvement: Un argument par l’exemple- la lettre

Le XIX ème siècle est celui de la modernité. Face aux grands espoirs de la modernité, le théâtre se retrouve comme un art mineur, qui a déjà connu ses heures de gloire. l’époque est au roman, à la critique sociale. Pourtant, certains auteurs français continuent de produire des spectacles. C’est le cas d’Edmond Rostand, qui écrit Cyrano der Bergerac en 1897. Dans cette pièce, il nous présente Cyrano, un héros à la laideur repoussante, qui aime Roxane, une très belle jeune fille. Autre obstacle pour notre mousquetaire, Christian, son ami, qui est lui aussi épris de Roxane. Mais Cyrano possède un talent que Christian n’a pas: celui de l’éloquence, du plaisir des mots. Dans l’acte 1 scène 10, les deux amis font un pacte pour séduire Roxane. Cyrano propose à Christian d’être ses lèvres, alors que son ami aura le physique pour séduire la jeune fille. Quels sont les ressorts de ce pacte? Comment Cyrano arrive t-il à convaincre Christian de réaliser ce duo de pantomime?  Afin de répondre à ce projet de lecture, nous découperons le texte en trois mouvements. Le premier s’attèlera à montrer que Cyrano et Christian sont opposés, alors que le second verra la proposition de Cyrano se mettre en place. Enfin, le troisième mouvement montrera l’argument décisif: la lettre que Cyrano avait écrite pour Roxane.

1er Mouvement: Cyrano et Christian, deux êtres fondamentalement opposés

  • Le passage débute par une affirmative: « Oui, j’ai certain esprit facile et militaire ». Les deux adjectifs coordonnés par la conjonction de coordination « et » indiquent les deux qualités de Christian.
  • La subordonnée complétive « que me taire » complète le verbe « sais » de la ligne 2. Cette subordonnée est introduite par la conjonction de coordination « mais » qui du propose une nuance. Le complément circonstanciel « devant les femmes » nous précise cette nuance.
  • Christian, par l’exclamatif « Oh! » nous partage son admiration pour la gente féminines. Le possessif « leurs yeux » nous permet de visualiser des femmes idéales qui plaisent à Christian. Les points de suspension qui terminent la ligne 3 nous laissent imaginer Christian en train de rêver. Le COD « des bontés » peut agir tel une périphrase sur ce que Christian attend véritablement des femmes.
  • Cyrano rebondit sur « leurs coeurs » en faisant aux « yeux » dont parle Christian. Ce parallélisme  montre que Cyrano serait plus intéressé par les sentiments des femmes plus que pour leur physique, comme Christian le laisse penser. Il propose une question rhétorique qui ne demande pas de réponse, sous forme d’interrogation partielle.
  • Christian répond par une négation exclamative. Il nuance ensuite son propos en débutant par une conjonction de coordination, « car », de la ligne 5, et explique sa situation par la subordonnée sujet « qui ne savent parler d’amour ». Est apposé après le pronom démonstratif « je le sais… et je tremble » qui permet de faire voir Christian comme quelqu’un de timide, qui n’est pas à l’aise à l’oral.
  • Le vers 7 n’est composé que d’un sizain et se poursuit dans le vers 8. Le plus-que-parfait du subjonctif « eût pris soin » nous place dans le domaine du souhait, de l’irréel. La présence de l’indéfini « on » nous laisse penser que Cyrano s’en réfère à Dieu, dans une référence biblique avec la glaise qui modela Adam et Eve. L’adverbe « mieux » antéposé face au verbe insiste sur les condition de ce modelage. Le conditionnel « aurais été » continue sur l’idée du potentiel. Cette réplique est peut être prononcée en aparté, en direction du spectateur.
  • Christian déplore son manque d’expression en utilisant deux infinitifs « pouvoir exprimer » et un circonstanciel de manière, « avec grâce » à la ligne 10.
  • L’attribut « un joli petit mousquetaire » est suivi d’une subordonnée relative « qui passe » qui complète le nom mousquetaire. Ici Cyrano imagine la vie qu’il aurait pu avoir, s’il avait été différent. Il rapporte des paroles qu’il aurait pu entendre.
  • Le rustre Christian tente de la poésie en prononçant le nom de la femme qu’il aime, Roxane. or la répétition est maladroite, et le terme « désillusionner » ne laisse pas place à l’imagination: la périphrase montre le manque de galanterie de Christian.
  • Cyrano rebondit à part en avec la conditionnelle « Si j’avais pour exprimer mon âme un pareil interprète » déplorant la remarque de son ami.
  • Christian lui répond presque au conditionnel « Il me faudrait », poursuivant la phrase de son ami et la sienne.
  • Cyrano s’adresse frontalement à son ami en poursuivant sa phrase. Il imagine un « héros de roman », le complément du nom nous place dans cette vision toute littéraire. La répétition du verbe « prête » ligne 17, et « prête », ligne 18, insiste sur l’échange mutuel que Cyrano imagine.

2 ème Mouvement: La proposition de Cyrano

  • Son ami répond par le simple pronom interrogatif « Quoi? » de la ligne 20, montrant à la fois son manque d’éloquence et sa non compréhension de ce que Cyrano vient de dire.
  • Le maître Cyrano propose à son élève l’objectif du cours, au présent d’énonciation « te sens-tu » dans une interrogative totale. Il propose des leçons quotidienne comme nous le montre l’adverbe « chaque jour », et se place au futur dans la ligne 22: « je t’apprendrai?  ».
  • Cyrano reprend le complément d’object direct graveleux de Christian en expliquant sa nouvelle stratégie au vers 24: « n’aura pas de désillusions! ». Il propose une question totale au subjonctif présent: « que nous la séduisions? ». Les rimes riches « buffle » et « insuffle » montre la qualité de la verve de Cyrano. On peut remarquer que ce dernier se considère comme un « buffle », à l’aide d’une métaphore qualifiant son « pourpoint ».
  • Les stichomythies qui suivent montrent la surprise de Christian face à cette proposition.
  • L’antithèse « refroidir » ligne 31 et « embrases » ligne 32 montre l’opposition entre les intentions des deux personnages. L’image de la collaboration proposée par Cyrano prend presque forme humaine avec l’image d’une bouche qui parle à la ligne 33.
  • A la ligne 34, Christian compare les yeux de Cyrano à l’aide d’une métaphore: « tes yeux brillent ».
  • La répétition de « Veux-tu? » indique que Cyrano demande à de nombreuses reprises à Christian de l’aider. Ne pas nommer l’acte, la demande, laisse la place à l’imagination.
  • Christian répond par une exclamative: « Quoi! » ligne 36.
  • Cyrano détaille son projet en nous laissant voir le portrait de celui que Christian et lui deviendront. Il parle ainsi « d’expérience », tel un scientifique. Il utilise notamment le futur prophétique: « tu marcherai » ligne 41 et « Je serai » ligne 42.
  • Christian brise les projets de Cyrano avec le « Mais » à valeur d’opposition de la 43. Il rappelle grâce à l’adverbe « au plus tôt » que leur requête est pressée.
  • Cyrano sort la lettre devant les yeux ébahis de Christian. Ce dernier demande grâce à une interrogative indirecte: « Vous aviez…? ».

3 ème Mouvement: Un argument par l’exemple- la lettre

  • Cyrano se lance dans une réplique pour se justifier. Il admet avoir « toujours » (ligne 51) des lettres dans sa poche. Il utilise le « nous » général pour parler de lui comme appartenant à un groupe.
  • Il utilise ce stratagème tel un magicien, d’ailleurs, le lexique du rêve (« rêve », ligne 54, « changeras en vérité » ligne 55) domine la réplique.
  • Cyrano utilise le futur pour insister et obliger Christian à saisir la lettre, grâce à l’anaphore de « Tu verras » aux lignes 57 et 58. Il répète « Prends » à l’impératif dans la même idée.
  • Christian ne remercie pas Cyrano, et se demande si « quelques mots » auraient besoin d’être changé. On note que ce dernier pense que « quelques mots » suffisent alors que Cyrano s’est appliqué.
  • A cette question il répond à nouveau par une image avec « Elle lui ira comme un gant » ligne 54, jouant sur le double sens du mot « aller ».
  • La scène se termine par la double exclamative de Christian.

Dans cette scène, Edmond Rostand nous propose un véritable stratagème digne de la comedia dell’arte. C’est grâce à sa verve que Cyrano réussira à séduire Roxane. Mais avant cela, il doit d’abord convaincre Christian et le laisser faire partie de l’embuscade. En trois mouvements, nous avons montré comment Cyrano arrive t-il à convaincre Christian de faire équipe avec lui pour séduire Roxane. Avec l’usage de la lettre, Edmond Rostand rappelle la lettre volée d’Araminte dans Les Fausses Confidences de Marivaux.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches