Citations Dissertation
Citations Manon Lescaut

Manon Lescaut, Abbé Prévost: éléments pour une dissertation

Thème 1

L’organisation du récit et ses composantes:

Ellipses: « J’avais passé près d’un an à Paris sans m’informer des affaires de Manon” => ellipse relatant les deux ans que le Chevalier aura passé sans Manon à Paris. Et « Environ deux heures auparavant » à « le soir-même » Le récit de la mort de Lescaut. Deux ellipses au plus que parfait.

Résumé: “Nous nous hâtâmes tellement d’avancer que nous arrivâmes à Saint-Denis avant la nuit.” Résumé des passages moralisateurs de Tiberge (parce que le chevalier DG en a assez de sans cesse écouter les reproches de son ami), de la mort de Manon (pas raconté car insupportable à raconter).

Développement: De “Je demeurai interdit à sa vue, et ne pouvant conjecturer quel était le dessein de cette visite” à “Le désordre de mon âme, en l’écoutant, ne saurait être exprimé” quand le Chevalier raconte sa première rencontre avec Manon.

Pause: « Manon ne put lui refuser quelques baisers ; c’était autant de droits qu’elle acquérait sur l’argent qu’il lui mettait entre les mains » alors que son amant lui fait les premiers cadeaux, permet au Chevalier de faire des remarques sur Manon et l’argent.

Prolepse (anticipation, vue vers le futur): « ma chute fut d’autant plus irréparable que, me trouvant tout d’un coup au même degré de profondeur d’où j’étais sorti, les nouveaux désordres où je tombai me portèrent bien plus loin vers le fond de l’abîme », un des nombreux passages qui permettent au narrateur d’instaurer du suspens dans le récit. Donne un côté tragique: leur histoire ne pourra que mal se finir.

=> A certains moment les procédés s’enchaînent. Par exemple on a la scène de la mort de Manon racontée dans de nombreux détails, mais après une l’ellipse qui ne nous permettra pas de voir les dernières secondes de sa vie.

Thème 2

Dans quelle mesure peut-on dire que Manon Lescaut est un roman des Lumières ?

Ce roman est-il capable de « refléter » les Lumières ?

Elements d’introduction: Roman écrit en 1731, se passe sous la Régence, alors que Prévost est encore Bénédictin. Le lien avec les Lumières est ténu… Se situe sous la Régence en 1731 alors que le livre pivot du mouvement des Lumières, les Lettres persanes de Montesquieu, a déjà 10 ans. Prévost était moine en 1728 quand il entame l’écriture des quatre premiers tomes des Mémoires d’un homme de qualité (et Manon est le tome VII). Il s’échappe en Hollande puis en Angleterre. Manon Lescaut relève des Lumières par la composition même du roman. Sa forme est inédite.

I Le libertinage dans Manon Lescaut

II La moralité dans le roman

Le libertinage dans Manon Lescaut:

« Manon était passionnée pour le plaisir, j’étais passionné pour elle »

« On l’envoyait au couvent pour arrêter sans doute son penchant au plaisir »

« Nous fraudâmes les droits de l’Eglise, et nous nous trouvâmes époux sans y avoir fait réflexion »

A rapprocher de Sapho, Alphonse Daudet, réécriture de Manon Lescaut: origines provinciales du héros promis à un brillant avenir. Rencontre de la femme fatale, mi courtisane et mi femme exploitée. Beaucoup de points communs: « Pudeur, réserve, à quoi bon ? Les hommes sont tous pareils, enragés de vice et de corruption, ce petit-là comme les autres. Les appâter avec ce qu’ils aiment, c’est encore le meilleur moyen de les tenir. Et ce qu’elle savait, ces dépravations du plaisir qu’on lui avait inoculées, Jean les apprenait à son tour pour les passer à d’autres. »

« C’est qu’une sotte vertu que la fidélité » phrase clé

« Il faut compter ses richesses par les moyens qu’on a de satisfaire ses désirs. »

– « De la manière dont nous sommes faits, il est certain que notre félicité consiste dans notre plaisir ; je défie qu’on s’en forme une autre idée ; or le cœur n’a pas besoin de se consulter longtemps pour sentir que de tous les plaisirs, les plus doux sont ceux de l’amour. »

– « Le commun des hommes n’est sensible qu’à cinq ou six passions, dans le cercle desquelles leur vie se passe, et où toutes leurs agitations se réduisent. Ôtez-leur l’amour et la haine, le plaisir et la douleur, l’espérance et la crainte, ils ne sentent plus rien. »

– « Ne vois-tu pas, ma pauvre chère âme, que, dans l’état où nous sommes réduits, c’est une sotte vertu que la fidélité ? Crois-tu qu’on puisse être bien tendre lorsqu’on manque de pain ? »

– « Rien n’est plus capable d’inspirer du courage à une femme que l’intrépidité d’un homme qu’elle aime. »

« On se demande la raison de cette bizarrerie du cœur humain qui lui fait goûter des idées de bien et de perfection dont il s’éloigne continuellement dans la pratique. »

La moralité dans Manon Lescaut

Exemples: d’actes de moralité dans le roman:

Manon était destinée au couvent par ses parents. Des Grieux se fait enlever et séquestrer par le vieux de GM. Les deux amants sont jetés en prison pour escroquerie.

Prison pour enlèvement au Châtelet par Tiberge.

Déportation de Manon en Louisiane.

Lorsque le Chevalier parle à son ami de sa passion pour Manon au début du roman, celui-ci ne réagit pas comme il l’aurait espéré: « je lui fis l’entière confidence de ma passion. Il la reçut avec une apparence de mécontentement qui me fit frémir ».

« Il m’exhorta à profiter de cette erreur de jeunesse pour ouvrir les yeux sur la vanité des plaisirs. », ou encore « Le poison du plaisir vous a fait écarter du chemin ».

« J’avais autant de penchant que vous vers la volupté, mais le ciel m’avait donné, en même temps, du goût pour la vertu. (…) J’ai conçu pour le monde un mépris auquel il n’y a rien d’égal. »

« Il me menaça des châtiments du Ciel. »

« La plus terrible punition de dieu serait de vous en laisser jouir tranquillement. »

A rapprocher de Paul et Virginie, Bernardin de Saint Pierre:

“Qu’il est difficile de faire le bien ! Il n’y a que le mal de facile à faire.”

Autres informations importantes sur le roman:

Relier le livre avec le parcours: « parcours en marge, plaisirs du romanesque ». Toujours définie par rapport à une norme, la marge peut être spatiale, sociale, émotionnelle ou morale. Les personnages qui s retrouvent en marge peuvent le choisir ou le subir. Le passage dans la marginalité est donc lié à des péripéties et devient un élément de l’action romanesque.

Le romanesque, quant à lui, est une catégorie esthétique qui rappelle, par son caractère exceptionnel, le monde du roman. Il est associé à des personnages avec des sentiments intenses, des aventures spectaculaires, un dépaysement géographique ou de forts contrastes (le bien et le mal, le beau et le laid, la vertu et le vice).

Le parcours rapproche ce terme de celui de plaisir. Il invite à réfléchir aux plaisirs que le lecteur éprouve, à la lecture d’un roman, grâce aux rebondissements, aux situations problématiques, et aux émotions fortes des personnages. Le parcours propose également de s’interroger sur le plaisir que le lecteur peut avoir à suivre les péripéties de marginaux qui l’emmènent dans les lieux insolites et lui font ressentir des sentiments contraires.

Thème 3

Dans quelle mesure peut-on dire que le roman Manon Lescaut s’inscrit dans le parcours « Personnages en marge, plaisirs du romanesque »?

I Des personnages entre marge et norme

A) Manon, une marginale involontaire qui tente vainement d’être intégrée?

• Quand débute le roman, Manon est présentée comme une jeune fille issue d’un milieu modeste (voir le passage de la rencontre « J’avais marqué le temps »).

• Pourtant, c’est une jeune femme charmante, qui sait se tenir et dispose d’une culture élégante.

= > Vision de Renoncourt qui la juge pouvoir être une personne de qualité alors qu’elle est dans un convoi de prostituées.

=> Lorsque Manon prend contact pour la première fois avec Monsieur de G… de M… (fils) elle cite des vers d’Iphigénie de Racine pour prouver sa fidélité à Des Grieux.

• C’est donc la société de l’Ancien Régime qui condamne Manon de façon bien plus dure qu’elle ne le fait pour Des Grieux.

=> Différence de traitement dans les prisons et vis-à-vis de la déportation.

• Lorsqu’elle vit de façon simple et heureuse à La Nouvelle Orléans, Manon abandonne même ses désirs de marginalité.

=> Lorsque Des Grieux lui propose de devenir son épouse, elle affirme qu’elle ne désire que cela.

• Pour autant, c’est en faisant le choix d’une vie en marge des lois sociales que Manon entend conquérir sa liberté dans le roman.

=> Manon désobéit à ses parents, vole, et s’évade de prison. Manon est une séductrice manipulatrice.

=> Elle utilise ses charmes sur Monsieur de B…, les hommes de la famille de G… de M…, le prince italien, Des Grieux lors de leur rencontre ou à Saint-Sulpice.

• L’héroïne a également un rapport complexe à la morale et à la société dans sa relation avec Des Grieux. Elle défend une vision du bonheur opposée aux valeurs traditionnelles.

=> Le confort matériel, les divertissements et les plaisirs sont plus importants que la fidélité dans un couple.

• Enfin, la marginalité de Manon est d’ordre narratif. Le récit à la première personne place le lecteur dans la seule vision de Des Grieux. La pensée de Manon demeure un mystère et sa voix n’est entendue que grâce à une lettre.

B) Des Grieux, un marginal assumé ou conduit par le destin?

• Contrairement à Manon, Des Grieux est un jeune noble de haute naissance qui possède les valeurs associées à son rang.

=> Rencontre avec Renoncour qui le reconnait comme un homme de sa classe.

Récit de l’éducation respectable qu’il a reçue et récit du séjour dans le château familial.

• Tout au long du roman, il utilise largement les privilèges associés à son rang et montre un grand orgueil vis-à-vis de sa naissance.

Traitement privilégié lors des emprisonnements, argent reçu de Renoncour, Tiberge, et Monsieur de T…, mépris pour Monsieur de B… qui a acheté son titre de noblesse.

• Son aventure avec Manon le conduit à transgresser toutes les règles sociales et à passer du côté de la marge.

Des Grieux quitte le séminaire, il triche aux cartes, tue un garde, et rompt définitivement avec son père.

Le héros semble y prendre un certain plaisir et sa passion est renforcée par les obstacles sociaux qui se dressent en travers de son chemin. Fierté de Des Grieux lors du meurtre du portier. Pourtant, il affirme tout au long de l’histoire qu’il est le jouet du destin et qu’il subit une histoire tragique.

Affirmation initiale lors de la rencontre avec Manon et confirme à la fin à sa mort.

II Les plaisirs du roman:

A) Un roman d’aventure

• Le plaisir romanesque du lecteur de Manon Lescaut provient tout d’abord, de la densité des évènements qui bouleversent la vie des héros en un temps restreint.

=> En un peu plus de quatre ans, Des Grieux et Manon connaissent un coup de foudre, une fuite vers l’inconnu, des infidélités, des réconciliations, un incendie, un vol, des escroqueries, des enfermements, des évasions, une déportation, un duel et une fuite dans le désert américain.

• En lisant le roman, le lecteur a l’occasion de vivre des aventures renversantes.

=> On pense à l’évasion de Des Grieux qui finit par un meurtre, ou a celle de Manon où la jeune fille est déguisée en homme. L’impression de densité des évènements est également renforcée par la narration. Des Grieux concentre son attention sur les faits marquants de l’aventure comme les séjours en prison, les tromperies de la famille de G…M, ou la fuite en Amérique.

En revanche, il accélère le rythme du récit lorsque l’action est moins spectaculaire, c’est le cas lors des mois dans le château familial ou de l’année passée au séminaire de Saint- Sulpice.

B) Des lieux romanesques

• Grâce à Manon Lescaut, l’abbé Prévost fait également voyager son lecteur dans des lieux hautement romanesques.

=> En effet, le roman permet de découvrir des lieux de la marginalité parisienne. Des Grieux raconte ainsi longuement son séjour à la prison de Saint-Lazare et décrit son expérience dans la prison du Châtelet. Il parle également des cercles de jeux.

• Le lecteur voyage également dans des espaces insolites et exotiques.

=> Dans la deuxième partie du roman, on suit le voyage de deux mois sur l’océan Atlantique, on découvre la vie dans la ville de La Nouvelle-Orléans, on est transporté dans les espaces sauvages de Louisiane.

C) Des personnages captivants:

• Enfin, en parcourant le roman, le lecteur peut éprouver un plaisir certain à suivre la vie de personnages passionnés et prêts à tout pour suivre leur passion.

=> Des Grieux semble presque suivre uniquement ses émotions: coup de foudre et donc fuite à paris, jalousie envers Monsieur de B… et donc reprise des études, jalousie envers la famille de G… de M… et donc tromperies.

• Il découvre surtout une histoire d’amour intense dans laquelle les deux héros s’engagent pleinement.

=> Des Grieux fait preuve d’un dévouement amoureux spectaculaire qui touche le lecteur: il tue pour Manon, organise son évasion, la suit lors de la déportation, se bat en duel pour éviter que Synnelet ne l’épouse contre sa volonté et puise dans ses dernières forces pour lui donner une sépulture au milieu du désert américain.

=> Malgré la vie de courtisane de Manon, cette dernière donne au seul Des Grieux la fidélité de ses sentiments, elle ridiculise un prince italien qui veut la séduire pour prouver son amour pour le jeune homme et cède à tous ses caprices même lorsque cela est contre son intérêt (acceptation d’emmener Des Grieux chez le vieux G… de M… et de coucher avec lui dans le lit de G… de M…).

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches