Citations Dissertation
Citations Dissertation Gargantua

Citations, idées pour une dissertation sur Gargantua, de François Rabelais.

Notions clés à définir: rire, savoir, humanisme, excès, gigantisme, éducation.

« Rabelais: facétieux, mordant, utile-doux, raillard, second Epicure, gausseur ou gaudisseur, Lucian françois, docte gabeur, ventre épicurien, plaisant moqueur, pantagruéli(s)te ». Maurice de La Porte, Dictionnaire des Epithètes, 1571.

« C’est l’imagination même de Rabelais qui donne à sa pensée un caractère concret. Ses romans offrent une sorte d’image du monde à laquelle sa fantaisie a donné son mouvement et sa vie. »

Madeleine Lazard, Rabelais l’Humaniste, 1993.

« Gargantua, Pantagruel, c’est un roman avant la lettre. Un moment miraculeux, et qui ne revient plus, où un art ne s’est pas encore constitué en tant que tel et n’est donc pas encore normativement délimité. »

Kundera, Une rencontre, « Dialogue sur Rabelais et les misomuses », 2009.

« Il faut former les enfants à la vertu et aux lettres dans un esprit libéral et cela dès la naissance ». Erasme, 1529.

« J’ai relu (…) quelques chapitres de Rabelais, comme le combat de Frère Jean des Entommeures, et la tenue du conseil de Picrochole (je le sais pourtant presque par coeur), mais je les ai relu avec un très grand plaisir, parce que c’est la peinture du monde la plus vive. » Voltaire, Lettre à Mme de Deffant, 1760.

« La verve comique  de Rabelais s’empare (…) des données de la réalité sociale, des problèmes de l’actualité politique et religieuse, de toutes les formes de la sottise ou de la folie humaine pour les exorciser par le rire. » Madeleine Lazard, Rabelais l’Humaniste, 1993.

« Il faut ouvrir le livre et soigneusement peser ce qui est traité. Alors vous reconnaîtrez que la drogue qui y est contenue est d’une tout autre valeur que ne le promettait la boite: c’est-à-dire que les matières ici traitées ne sont pas si folâtres que le titre le prétendait ». Prologue de l’auteur.

« Il vous faut être sages pour humer, sentir et estimer ces beaux livres de haute graisse, légers à la poursuite et hardis à l’attaque. Puis, par une lecture attentive et une médiation assidue, rompre l’os et sucer la substantifique moelle ».

Prologue de l’auteur.

Des géants et des personnages extraordinaires:

Les géants ne sont pas les seuls personnages extraordinaires de Gargantua. Frère Jean des Entommeures apparait aussi comme un personnage clé de l’oeuvre.

« Dans l’abbaye il y a avait alors un Moine cloitré, nommé Frère Jean des Entommeures, jeune, vigoureux, gaillard, joyeux, bien adroit, hardi, entreprenant, décidé, grand, maigre, fort en gueule, le nez avantageux, beau débiteur de prières, bel expéditeur de messes; pour tout dire un vrai Moine s’il en fut jamais depuis que le monde moina. » Chapitre 27.

Le combat de Frère Jean laisse la place à Rabelais de donner une tonalité épique à son récit:

« Et il sortit ainsi, vêtu de sa casaque, le froc accroché à sa ceinture. Et du bâton de la croix il donna su brusquement sur les ennemi, qui, sans ordre, ni enseigne, ni tambour ni trompette, grappillaient dans l’enclos (…) qu’il les renversait comme des porcs, frappant à tort et à travers, selon l’ancienne escrime » Chapitre 27.

Comique de caractère: avant d’être éduqué, Gargantua « se vautrait dans les ordures… pissait sur ses souliers ». Les exploits guerriers de frère Jean au chapitre 27 fonçant dans le tas des ennemis pour sauver le vin de l’abbaye plus que l’abbaye elle-même est bien évidement très risible pour le lecteur qui facilement s’imagine la scène tant elle est imagée.

Sur le vin: « Buveurs très illustres, et vous, vérolés très précieux… » (Prologue)., ou encore Gargantua « sortit par l’oreille gauche » puis cria « à boire, à boire, à boire »

Les énigmes dans Gargantua:

Le lecteur doit « rompre l’os et sucer la substantifique moelle. » (Prologue)

Pour le lecteur attentif, le livre renferme « des mystères horrifiques, tant en ce qui concerne notre religion que l’état politique et la vie économique. » (Prologue)

Sur la religion:

Critique de la religion. « Les pauvres diables de moines ne savaient auquel de leur saint se vouer. »

« Dans notre abbaye nous n’étudions pas, de peur des oreillons. Notre feu abbé disait que c’est une chose monstrueuse de voir un moine savant. » = > Rabelais dénonce l’ignorance des religieux. Critique de la vie monastique.

« Oh mes pauvres gens, dit Grandgousier, vous croyez que la peste vient de saint Sébastien ? […] les faux prophètes vous annoncent de tels abus ? » => Critique des pèlerinages.

Sur l’éducation:

« Ayant plutôt envie de faire de lui un homme habile qu’un homme savant, je voudrais aussi qu’on fût soucieux de lui choisir un guide qui eût plutôt la tête bien faite que bien pleine et qu’on exigeât chez celui-ci les deux qualités, mais plus la valeur morale et l’intelligence que la science. » Montaigne, Essais, 1580.

« Au moment où il rit, peu importe au vilain de mourir », dit le moine Jorge dans Le nom de la Rose, d’Umberto Eco: le rire transpose une réalité inquiétante, en particulier la possibilité de notre propre mort.

« J’ai inventé un moyen de me torcher le cul, le plus seigneurial, le plus excellent, le plus efficace qu’on ait jamais vu », comment Gargantua fit preuve d’ingéniosité.

Dans le chapitre 19, le discours de Mâitre Janotus est incohérent.

La satire des savants est également présente dans une autre œuvre de l’humanisme : Eloge de la folie de Erasme. Néanmoins l’éloge est paradoxal : Erasme fait parler la folie qui fait l’éloge de tous les fous et aussi des savants.

« On lui enseigna un grand docteur sophiste nommé maître Thubal Holoferne, qui lui apprit son alphabet si bien qu’il le disait par cœur à l’envers, et cela lui prit cinq ans et trois mois. » => Échec de l’éducation scolastique.

« Il lui imposa un tel rythme d’études qu’il ne perdait pas un moment de la journée, mais passait tout son temps à étudier les Lettres et le savoir utile. » Chapitre 23.

« Il se mit à tel train d’études qu’il ne perdait aucune heure du jour. » => critique des techniques de l’éducation scolastique. Importance du plaisir dans l’éducation humaniste.

Satire de la guerre:

« Picrochole aussitôt rentra sans une colère furieuse… »

« Je n’entreprendrai pas la guerre sans avoir essayé tous les arts et moyens de la paix », discours de Grangousier.

« Ce détroit sera nommé la mer Picrocholine. Passé la mer, voilà Barberousse qui se rend votre esclave. »

« Heureux le pays qui a pour souverain un tel homme! Nous sommes plus édifiés et instruits par les propos qu’il nus a tenus que par tous les sermons qu’on nous a prêchés dans notre ville. C’est, dit Gargantua, ce que dit Platon au livre V de le République; que les Etats seraient heureux lorsque les rois philosopheraient ou que les philosophes règneraient. » Chapitre 45.

L’utopie:

« Le moine demanda à Gargantua de faire le règlement de son couvent à l’inverse de tous les autres. »

« Dans leur règle, il n’y avait que cette clause : Fais ce que voudra. »

« Parce que dans tous les couvents de ce monde tout et mesuré, imité et réglé par les heures, on décida qu’il n’y aurait là ni horloge ni cadran solaire, mais que toute les activités seraient faites au gré des occasions et des circonstances. » Chapitre 52.

Rire pour mieux savoir:

=> Le registre comique:

« Sa bourse était faite d’une couille d’éléphant que lui avait donnée Her Pracontal, gouverneur de Lybie », Chapitre 8.

« On fit venir pour lui dis-sept-mille neuf cents vaches de Pontille et de Bréhémont pour l’allaiter », Chapitre 7.

Rire corporel, rire spirituel:

« Rabelais! Et son éclat de rire énorme/

Est un des gouffres de l’esprit! »

Victor hugo, Contemplations, VI, 23.

« Plus il chiait, pissait, crachait, rotait, éternuait et se mouchait abondamment; puis, pour abattre la rosée et le mauvais air, il déjeunait: belles tripes frites, belles carbonnades, beaux jambons, belles grillades et forces tartines. »  Chapitre 21.

« Le rire est satanique, il est donc profondément humain. Il est dans l’homme la conséquence de l’idée de sa propre supériorité (…). ».

Baudelaire, De l’Essence du rire, 1855.

Comme le rire est essentiellement humain, il est essentiellement contradictoire, (…) signe d’une grandeur infinie et d’une misère infinie (…). C’est du choc de ces deux infinis que se dégage le rire ».

Baudelaire, De l’Essence du rire, 1855.

« Les idoles indiennes et chinoises ignorent qu’elles sont ridicules; c’est en nous, chrétiens, qu’est le comique. »

Baudelaire, De l’Essence du rire, 1855.

« Il n’y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain. » Henri Bergson, Le rire, 1899.

Sur les pédants:

« J’ai toujours souffert, en mon enfance, de toujours voir le pédant qui instruit la jeunesse, jouer dans les comédies italiennes un rôle grotesque, et le surnom de Magister ne pas avoir une signification beaucoup plus honorable que chez nous. » Montaigne, Essais, 1580.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches