Image étude linéaire Baccalauréat
Candide Chapitre 1 Etude linéaire

Candide Chapitre 1 Etude linéaire

Ne pas oublier de rajouter le numéro des lignes pour les citations du texte.

Commentaire rédigé de « Le précepteur Pangloss…» à « …être la sienne » Extrait de Candide, Chapitre I, Voltaire, 1759.

Plan détaillé:

1 er Mouvement: Pangloss, un maître à penser pour Candide

2 ème Mouvement: Candide et Cunégonde, deux élèves naïfs

Le XVIII ème siècle sera celui de la raison. C’est en effet à ce moment-là de l’histoire de France que les philosophes, écrivains et penseurs se rebellèrent contre la société d’Ancien régime (Louis XIV, XV, XVI). Cette rébellion s’organise sous la forme d’un mouvement littéraire: le mouvement des Lumières. Les membres de ce mouvement développeront dans des salons des groupes de discussion amenant des idées nouvelles sur la façon d’organiser la société. C’est la raison qui triomphera de l’obscurantisme religieux. Parmi les auteurs des Lumières, Voltaire se fera le porte-parole de la défense des droits humains et de la pensée éclairée. C’est notamment dans la forme du conte philosophique que cet écrivain excellera. Ce genre nouveau est un genre court, didactique, fait pour être compris de tous. Dans des œuvres comme Zadig, l’Ingénu, Zaire, Voltaire prendra utilisera ses héros pour faire passer ses idées. Cette transmission trouve son apogée dans Candide. Jeune homme naïf, optimiste, Candide découvre le monde avec son maître Pangloss. C’est dans l’incipit que Voltaire nous présente Candide, son maître à penser Pangloss, et l’endroit où ils vivent. Mais derrière cette présentation, on entrevoit tout de suite les critiques de Voltaire et quelques cibles apparaissent déjà. Par quel tour de force Voltaire nous présente t-il ses personnages en annonçant déjà les cibles de son réquisitoire philosophique? Nous tenterons de répondre à ce projet de lecture en découpant le texte en deux mouvements: le premier présentera Pangloss et sa philosophie critiquée par Voltaire et le second présentera les très naïfs Cunégonde et Candide.

1er Mouvement: Pangloss, un maître à penser pour Candide

  • Le précepteur Pangloss est présenté grâce à l’attributif « l’oracle de la maison ». Le complément du nom « de la maison » lui donne plus d’importance. Le terme « oracle », place tout de suite le récit dans une veine mystique.
  • Candide est présenté comme « petit », l’adjectif qui est antéposé mettant en relief ce trait physique et moral. L’imparfait de narration nous relate une histoire, comme un conte qui nous serait conté. Le caractère de Candide est présenté comme harmonieux, facile, avec le parallélisme « de son âge et de son caractère ».
  • Voltaire utilise ligne 3 une de ses armes rhétoriques: le néologisme pour parler du métier de Pangloss. On remarque le dernier terme « nigologie » qui rappelle le terme « nigaud », qui veut dire bête.
  • De la ligne 3 à la ligne 6, Voltaire énumère les principes de la philosophie de Pangloss et le lieu dans lequel Pangloss et Candide vivent. On peut remarquer que cette philosophie est basée sur un lieu commun, « il n’y a point d’effet sans cause ».
  • Le terme « meilleur » est répété à deux reprises. Les superlatifs « meilleur des châteaux », « la meilleure des baronnes » insistent sur l’exagération de l’auteur pour présenter ce pays comme un pays où règnent le bonheur et « l’optimisme ».
  • L’insertion du discours direct permet à Voltaire de rapporter les paroles de Pangloss. Ce dernier s’exprime au présent de vérité générale: « les choses ne peuvent autrement », ce qui donne un effet irréfutable à ce qu’il dit. Il affirme sa position de supériorité sur Candide.
  • L’ordre « Remarquez » de la ligne 8 permet à Pangloss d’attirer l’attention de Candide. Ce que Pangloss souhaite désigner est ridicule, et on remarque le ridicule avec les énumérations de choses « faites pour »: « le nez » pour « les lunettes », « les jambes » pour « les chausses », « les pierres », pour « le château ». Cette énumération donne tout son comique à la démonstration ridicule de Pangloss.
  • L’adjectif « très-beau » est composé d’un adverbe et d’un adjectif, pour en souligner l’importance. Le superlatif « le plus grand baron » et « le mieux logé » insistent sur cette idée.
  • Pangloss conclue son discours par un connecteur logique de conséquence « par conséquent », tout en se contredisant ce qu’il vient de dire pus haut. Pangloss s’englobe donc, sans le faire exprès, dans le démonstratif « ceux ».

2 ème Mouvement: Cunégonde et Candide, deux élèves bien naïfs

  • Les deux adverbes « attentivement » et « innocemment » qualifient la façon d’écouter de Candide, et cela prouve qu’il ne remet pas en question ce que dit Pangloss. Son attention est portée sur Mlle Cunégonde, amenée par la conjonction de coordination « car ». Néanmoins, la subordonnée circonstancielle de manière introduite par le subordonnant « quoique » qui amène le subjonctif imparfait « prît ». On peut remarquer que le nom de Cunégonde est une forme de fantaisie verbale onomastique.
  • Voltaire utilise le même procédé avec les noms de Candide, ou encore plus loin avec le personnage de Giroflée. Il en est de même avec l’évocation du lieu dit dont le baron est propriétaire « Thunder-Ten-Tronckh » ligne 17.
  • Les différents de degrés de bonheur selon Candide sont tous relatifs à son environnement très proche. Ces degrés sont énumérés grâce à des points virgule. Candide ramène le regard sur Pangloss, le qualifiant du superlatif hyperbolique « le plus grand philosophe de la province », qu’il lie grâce au connecteur logique « par conséquent », à « toute la terre ».
  • L’indicateur temporel « Un jour » ramène la représentation du tableau du « meilleur des mondes » à l’histoire, au conte que Voltaire souhaite nous raconter. C’est maintenant Cunégonde qui est au centre de l’action. Elle se promène dans « le château » telle une princesse de contes de fées. L’indicateur temporel « dans le petit bois » nous indique où se passe l’action. L’incursion du passé simple provoque une rupture avec l’imparfait « donnait ».
  • L’idée de la « leçon derrière les broussailles », laisse entrevoir une autre forme d’éducation que celle que propose le professeur. On se rappelle que Cunégonde et Candide sont deux jeunes gens, qui auront aussi une éducation sexuelle à faire. Le fait que la « leçon » soit cachée derrière les « broussailles » ne laisse pas de doute. On remarque aussi la périphrase de Voltaire pour désigner l’acte: « leçon de physique », ligne 22.
  • L’auteur qualifie à nouveau la « femme de chambre » de « petite brune « très-jolie » et « très-docile ». Les deux adjectifs, « jolie » et « docile » participent au registre scabreux de l’anecdote.
  • L’adverbe « comme » permet d’introduire la réaction de Cunégonde face à la scène. Voltaire utilise à nouveau la périphrase « expérience réitérées » pour désigner l’acte sexuel.
  • Le lexique de la science qui se poursuit dans ce paragraphe, avec le terme « expériences », ramène la physique à une discipline graveleuse, dont on peut se moquer. Pangloss perd ainsi toute sa crédibilité.
  • Cunégonde comprend sont « les effets et les causes », dont le docteur parlait plus haut. Cette dernière est elle aussi attirée par Candide, qu’elle exprime par la métaphore « raison suffisante ».

Dans ces deux mouvements, nous avons démontré les premières cibles auxquelles Voltaire s’attaque, et ce dès les premières pages de son conte philosophique le plus connu: Candide. A travers les personnages de Pangloss, Candide et Cunégonde, le public visé par Voltaire est bien plus large: pseudo-scientifiques, philosophes orgueilleux, optimistes. C’est contre ces chantres de l’obscurantisme que Voltaire se bat, tout en nous présentant un récit vif et gai. C’est cette recette magique que nous retrouverons dans d’autres contes du mêmes auteur: L’Ingénu ou encore Zadig.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches