Image étude linéaire Baccalauréat
Arrias Les Caractères étude Linéaire La Bruyère

Ne pas oublier de rajouter le numéro des lignes pour les citations du texte.

Etude linéaire « Arrias a tout lu… » à « …de son ambassade » Extrait du Livre V, De la société et de la conversation des Caractères de La Bruyère, 1688.

Plan:

1 er mouvement: Les actions d’Arrias l. 1 à 3

2 ème mouvement: Le récit d’une anecdote l. 3 à 10

3 ème mouvement: L’insolente réponse d’Arrias l.11 à 15

4 ème mouvement: Coup de théâtre final l. 15 à 17

Le XVII ème siècle sera le siècle de l’absolutisme. A Versailles se pressent les courtisans qui entourent les rois de France pour essayer d’obtenir ses faveurs. Ce comportement ne réussit pas à tout le monde, et certains, comme Fouquet, s’approcheront trop près du soleil et se bruleront les ailes. Les courtisans sont aussi soumis au regard perçant des portraitistes, dont le plus célèbre sera La Bruyère qui publiera anonymement ses Caractères en 1688. Dans ce texte, l’auteur vise de nombreux courtisans et ne se prive pas pour les critiquer. C’est ce qu’il fera avec le portrait d’Arrias, au livre V des Caractères. Comment arrive t-il à nous faire détester Arrias, tout en nous proposant une chute digne d’une scène de théâtre? Afin de répondre à ce projet de lecture, nous analyserons le texte en quatre mouvements. Le premier verra une présentation générale des Arrias, et ira de la ligne 1 à 3, alors que le deuxième fera le récit de l’anecdote des lignes 3 à 10. Nous verrons à quel point la réponse d’Arrias est insolente des lignes 15 à 17, avant d’analyser le coup de théâtre final dans les lignes 15 à 17.

1 er mouvement: Les actions d’Arrias l. 1 à 3

  • Les deux premiers verbes du texte sont au passé composé, nous plaçant tout de go dans l’action et la description de ces dernières. L’effet de parallélisme N + aux + tout + V rappelle comme un écho ce que répète sans cesse Arrias. On remarque que la première occurence de son nom est en italique. L’usage du passé composé souligne l’aspect achevé des acquisitions de ses connaissances, Arrias a tout « lu » et « vu », mais la parataxe introduit la distance ironique ou critique du regard de la Bruyère qui souhaite persuader son lecteur. L’adverbe « ainsi » donne un côté irrévocable aux certitudes du courtisan dépeint. On remarque aussi que La Bruyère utilise le lexique de la séduction avec le terme « persuader ». Arrias ne se base que sur des persuasions à lui-même, il ne possède aucune qualité scientifique qui feraient de lui un homme de raison. Il est le prototype du courtisan avide de richesses et de reconnaissance.
  • Le présentatif « c’est un » se poursuit par le substantif « homme », qualifié de l’adjectif « universel ». La conjonction de coordination « et » permet d’introduire une autre des caractéristiques d’Arrias: ce dernier se regarde, s’estime aussi par lui-même. On note la ressemblance des sons « universel » et « tel », qui forme comme un comptine. Après avoir défini Arrias grâce.à son nom, La Bruyère utilise l’article défini pour introduire le chiasme suivant: « aime mieux mentir que de se taire », soulignant ainsi l’aspect artificiel de cette façon d’agir.
  • On remarque une autre occurrence du lexique de la séduction dans le terme « paraître ». Pour illustrer cette définition, Arrias est placé en situation.

2 ème mouvement: Le récit d’une anecdote

  • L’indéfini « On » désigne un public qui est à table avec Arrias. Le complément circonstanciel de lieu « A la table d’un grand » sous-entend que les convives sont des gens raffinés et bien élevés.
  • Le pronom « Il » est repris en anaphore pour montrer à quel point Arrias est envahissant, les verbes sont accumulés et traduisent son flot de parole, son débit ininterrompu est marqué par une très longue phrase avec accumulation de signes de ponctuation, nombreux verbes de paroles: « il prend la parole », « l’ôte » (ce qui est signe de sa mauvaise éducation), « s’oriente », « discourt », « récite ». Tous ces verbes sont au présent de narration qui permet le récit et tend vers le présent de vérité générale qui souligne sa pseudo – universalité  Toutes ces paroles sont rapportées au style indirect libre.
  • Arrias présente d’ailleurs des considérations pseudo-savantes sur le pays: une énumération qui veut souligner sa pseudo-connaissance absolue: mœurs, les femmes, les lois, les coutumes du pays qu’il décrit. Il récite « des historiettes « qui souligne sa grossièreté.
  • Le verbe « éclater » à la ligne 8 est une hyperbole péjorative qui renforce son manque de savoir-vivre, sa vulgarité, tant dans son attitude que dans ses propos.
  • L’usage de l’indéfini « Quelqu’un » montre que La Bruyère continue le même procédé qui est de maintenir les autres invités dans l’anonymat. Cette personne est prudente avec Arrias. La rigueur de la contradiction marquée par prouver et renforcée par l’adverbe « nettement » qui contraste avec le bavardage d’Arrias: la subordonnée souligne qu’il est accusé de mensonges.

3 ème mouvement: L’insolente réponse d’Arrias l.11 à 15

  • L’attitude d’Arrias est démesurée: les verbes progressent de « ne se trouble point », apposé à «  prend feu ». Les paroles sont rapportées au style direct, la phrase s’enfle comme pour exprimer l’orgueil démesuré et la perte de lucidité puisque il nomme ses sources. La dernière partie de la phrase est un alexandrin qui ironiquement souligne l’importance du personnage «  Sethon, que je connais (..) que j’ai fort interrogé, Etc… »

4 ème mouvement: Coup de théâtre final l. 15 à 17

  • Son insolence le conduit à reprendre « il reprenait… » à l’imparfait qui s’oppose au passé simple et souligne le déséquilibre de la situation.
  • On remarque que La Bruyère préserve l’anonymat des invités grâce à l’usage de l’indéfini « L’un des conviés ». Cet anonymat contraste avec l’omniprésence d’Arrias.
  • Le coup de théâtre final arrive grâce au présentatif « c’est » dans l’avant dernière ligne. Trois éléments brefs suffisent à créer la surprise: Sethon est de retour à Paris.

Visitez notre boutique pour plus de cours et de fiches.

Notre Blog

Compte Youtube: @mesfichesdefrancais
Compte Tik Tok: @mesfichesdefrancais

Compte TIk Tok Brevet: @mesfichesdefrbrevet

Instagram: @mesfichesdefrancais

Toutes nos fiches

Notre Blog

Toutes nos fiches

A la fin de cet extrait, La Bruyère se fait alors silencieux, laissant au lecteur le soin d’imaginer l’embarras dans lequel est Arrias. Nous serons tus les commentaires des convives rendant la morale est implicite. Dans ce passage, La Bruyère dresse portrait d’un personnage suffisant qui se met en scène face à une société bien élevée et qui est démasquée par un dénouement en forme de coup de théâtre. Dévoiler l’identité d’une personne est une forme de coup de théâtre que l’on retrouvera sans les comédies de Molière.